Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Etude du livre 1 du Contrat Social de Rousseau Cours n°5

Posted by Hervé Moine le 5 février 2009

Chapitre I « sujet du premier livre »

Résumé du chapitre I

Etudions dès à présent le chapitre I du livre 1, intitulé « Sujet de ce premier livre ». Nous savons que la question à laquelle répond ce premier livre est : « Quels sont les fondements légitimes de l’ordre social ? »

Le chapitre II nous apprend que cela ne peut être la nature et les chapitres III et IV que cela ne peut être non plus la force. Pour trouver les fondements légitimes de l’ordre social, il faut remonter à une première convention Chapitre V. Le chapitre VI nous apprend que cette première convention c’est le pacte social dont les principes seront développés dans les trois derniers chapitres du livre I, chapitres VII, VIII et IX.

Le premier chapitre comporte deux paragraphes : dans le premier, Rousseau précise le problème qui sera examiné dans le livre 1 et dans le second, Rousseau donne la solution à ce problème, solution qu’il faudra démontrer.

1°) Etude du premier paragraphe : le problème

a) L’homme est né libre

b) L’homme naturellement libre, en dépit de sa liberté inaliénable est pourtant partout dans les fers

c) L’esclave n’est pas celui qu’on croit

d) Comment le passage de l’état de nature à l’état civil s’est-il effectué ?

e) Le problème n’est pas celui de rendre à l’homme sa liberté naturelle.

1°) Etude du premier paragraphe : le problème

Commençons par lire et à analyser le premier paragraphe de ce chapitre. Cette analyse suivra quatre moments …

Tout d’abord, nous développerons l’idée selon laquelle est né libre pour ensuite comprendre ce qui fait que l’homme demeure cependant partout dans les fers, c’est-à-dire esclave. A ce propos, nous verrons que pour Rousseau que l’esclave n’est pas celui que l’on croit. Enfin nous poursuivrons, si la chose est possible, par l’étude du passage de l’état de nature à l’état civil, du passage de la liberté à l’esclavage. En effet, comprendre comment ce passage s’est effectué c’est comprendre comment l’homme pourtant naturellement libre et dans la société devenu esclave, c’est alors que nous pourrons saisir le problème que soulève Rousseau.

a) L’homme est né libre

Selon Rousseau, dans l’état de nature, l’homme était libre de jouir de ses forces, était libre de les employer sans entrave. Ce qu’il faut comprendre c’est que cette liberté initiale de l’homme était une conséquence du fait de la solitude originaire des hommes. Selon Rousseau, en effet, les hommes vivaient épars et isolés. Ainsi, dans cette solitude, nul ne pouvait s’opposer aux désirs des uns et des autres. L’homme pouvait donc jouir en toute quiétude et pleinement de ses forces, et ce, sans entrave. La question est donc de savoir ce qui a fait que les hommes se retrouvent dans l’état civil aussi peu libres.

-          La liberté naturelle n’est pas la liberté absolue

Il ne faut pas exagérer cette liberté naturelle en la considérant comme parfaite et absolue. Selon Rousseau cette liberté originaire de l’homme, cette liberté naturelle n’est pas liberté absolue. Il ne faut pas la voir comme une indépendance totale, cette indépendance n’est que par rapport aux autres hommes, puisqu’il vit de manière éparse et isolée. L’homme dépend de la nature. Que signifie cette dépendance de l’homme à l’état de nature vis-à-vis de la nature. On trouve la réponse à cette question au chapitre VIII du Contrat Social : « la liberté naturelle n’a pour bornes que les forces de l’individu ». Les forces de l’homme c’est bien la dimension naturelle de l’homme. Et il se trouve que les forces de l’homme sont plutôt limitées.  Il dépend donc de sa propre nature. Il dépend aussi de la nature extérieure, bêtes sauvages, aléas climatiques etc…  Ainsi, dire que l’homme est né libre, c’est dire que l’homme est naturellement indépendant par rapport à autrui et non par rapport à la nature.

-          Liberté naturelle, donc liberté inaliénable

Rousseau en exprimant cette idée de l’homme libre à l’état de nature s’oppose à l’affirmation de Bossuet que « les hommes naissent sujets ». Pour Bossuet, il y a l’idée parmi les hommes de l’existence d’un asservissement naturel. Il semble suivre la vieille idée d’Aristote qui considère qu’il y a des hommes qui naissent pour obéir et d’autres qui naissent pour commander. Chez ces deux auteurs, on ne peut pas dire que la liberté est ce qui appartient en propre à l’homme. C’est contre cette thèse que Rousseau affirme la sienne, à savoir celle de l’homme naturellement libre.

Pour Rousseau, l’important est d’affirmer que la liberté, à défaut d’être absolue, est naturelle, c’est-à-dire inaliénable. Dire que la liberté est inaliénable c’est affirmer qu’elle ne peut en aucun cas et pour aucune raison que ce soit être vendue ou donnée. Ce qui est absolue ce n’est pas la liberté elle-même dans le sens où la liberté ne connaîtrait aucune limite, serait sans borne, ce qui est absolue c’est son caractère inaliénable.

Cependant, il suffit d’ouvrir les yeux et de poser son regard sur l’homme à l’état civil pour constater que cette liberté pourtant inaliénable et partout bafouée. « L’homme est né libre et partout il est dans les fers ». La question est de savoir ce qui a bien pu se passer. Il convient pour nous d’envisager le passage de l’état de nature dans lequel l’homme est libre à l’état civil où l’homme se voit dépouillé de cette liberté.

b) L’homme naturellement libre, en dépit de sa liberté inaliénable est pourtant partout dans les fers

Selon Rousseau, le passage de l’état de nature à l’état social a complètement changé la donne initiale. En effet, selon lui, le passage à l’état social a instauré la contrainte. L’état civil est un état fondé sur la propriété privée. Celui qui possède va contraindre celui qui ne possède pas. Par exemple si le propriétaire possède dans son terrain le seul point d’eau de la contrée, il domine nécessairement celui qui ne possède rien et qui a besoin d’eau pour survivre. Cette exemple peut se généraliser et l’on peut ainsi comprendre les fondements de notre société qui instaure les inégalités et privent les hommes ou de nombreux hommes de leur liberté.

Les riches ont eu recours à la coercition pour forcer les pauvres au renoncement. Les lois sont faites en la faveur des premiers et oppriment les seconds. Les lois qui écrasent la classe dominée sont des lois scélérates. La police et l’armée sont au service de cet ordre établi favorable à ceux qui possèdent et asservissent le peuple. On le voit, à l’état civil, la liberté naturelle a disparu et ce sont les « fers » qui sont apparus. Les « fers » sont ce dont on se servait autrefois pour enchaîner les prisonniers. Ils sont donc le symbole de l’oppression subie par les pauvres. Ce que Rousseau veut mettre ici en évidence c’est l’urgence de la remise en cause de la société, c’est la nécessité d’une constitution afin de tenter de la réconcilier avec les hommes et ainsi de permettre à chacun d’entre eux de naître citoyen libre d’un Etat libre.

c) L’esclave n’est pas celui qu’on croit

Rousseau fait une constatation de fait : tout le monde est esclave, même les maître. Cette idée ne peut pas manquer de nous étonner. Pour Rousseau, soumettre la volonté d’autrui est contraire à la liberté. Pour lui on crée ses propres chaines en enchaînant les autres. Le maître (« dominus » = celui qui domine) normalement est celui qui domine l’esclave (« servus » = celui qui est au service du maître).  Or, pour Rousseau le maître est décrit comme davantage esclave que l’esclave lui-même.

-          La raison condamne l’esclavage

Essayons de comprendre cette position pour le moins surprenante. Outre l’idée selon laquelle maître est dépendant de l’esclave dépend matériellement de l’esclave, incapable est-il de se suffire à lui-même, Rousseau évoque également du point de vue de l’esprit. En effet, pour Rousseau, le maître, s’il accepte d’être le maître, c’est-à-dire, en d’autres termes, s’il tolère d’avoir des esclaves, c’est qu’il est esclaves lui-même de ses propres passions. La raison condamne l’esclavage. Il ne suffit d’interroger longtemps sa raison pour comprendre que l’esclavage ne peut être toléré. Pour être aussi sourd à aux préceptes de la raison, il faut vraiment être aveuglé par ses passions.

D’autre part, l’esclave lui-même, on ne peut rien lui reprocher, il ne fait aucun mal. L’esclave est la victime d’un contexte social et victime des passions du maître. L’esclave est esclave de corps et non d’esprit. Nul ni personne ne peut asservir l’esprit de l’homme, on peut tout au plus contraindre son corps afin de l’utiliser comme un machine ou un animal.

-          Le maître moralement inférieur à l’esclave

En revanche, en ce qui concerne le maître, en acceptant justement d’être maître, il ne fait pas autre chose que de perpétuer, l’immonde, l’injustice. Il succombe en fait à ses passions les plus égoïstes et égocentriques.

En conclusion, pour Rousseau, le maître est moralement très inférieur à l’esclave. L’esclave n’aliénant que son corps, le maître, lui, aliène son esprit.

Toute la question est maintenant de savoir ce qui a pu produire ce passage de l’état de nature, état dans lequel l’homme pouvait jouir de sa liberté sans entrave à cet état civil dans lequel règne injustices et inégalités, dans lequel l’esclavage à pu s’instituer ; comment a pu s’effectuer ce passage ?

d) Comment le passage de l’état de nature à l’état civil s’est-il effectué ?

La réponse à cette question, Rousseau répond de manière très brève : « je l’ignore ». Là aussi, on ne peut pas ne pas s’étonner de voir Rousseau de répondre ainsi, de prétendre ignorer comment s’est effectuer ce passage de l’état de nature à l’état civil. Il est en effet étonnant de voir un auteur ignorer ce qui a fait l’objet d’une description dans un livre, le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes. Comment peut-il ignorer ce qu’il a développé lui-même avec tant de minutie et de précision ? [D’ailleurs, soit dit en passant, je vous conseille la lecture de ce Discours de Rousseau.]

-          L’état de nature, un état hypothétique, non-historique

L’important est de dire que dans ce Discours, Rousseau n’entendait pas décrire ce qui s’est passé en réalité. Il ne faisait qu’une hypothèse sur ce que l’homme aurait pu être avant de devenir ce qu’il est. L’état de nature ainsi que le passage à l’état civile ne sont que fiction théorique afin de penser l’état civil. L’état de nature est en quelque sorte l’homme tel qu’il est dans l’état civil mais auquel on lui a enlevé tout ce qu’il a reçu par la société. Rien ne permet de dire que cette fiction théorique  soit conforme à la réalité. D’ailleurs, remarquons que cette conformité est tout à fait sans importance pour notre philosophe. Par ce « je l’ignore », il reconnaît même son ignorance dans ce domaine. Il avait d’ailleurs précisé dans son précédent Discours que l’état de nature « n’existe plus, n’a peut-être jamais existé et probablement n’existera jamais ».

-          L’important c’est l’état civil tel qu’il devrait être

La seule chose ici qu’il convient de retenir c’est qu’il importe peu de savoir ce qui a été effectivement. L’important c’est ce qui doit être ! C’est l’état tel qu’il devrait être. Ce qu’il est actuellement c’est un état où règne l’injustice les inégalités, l’esclavage. Or comme nous venons de le voir en ce qui concerne cette injustice qui marque une inégalité entre les hommes, à savoir l’esclavage, c’est précisément ce qui est mais qui ne devrait pas être. Cet état civil n’est pas légitime.

Alors que le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, indique le passage à l’esclavage, de manière théorique, le Contrat Social cherche à penser l’homme tel qu’il doit être dans une société juste, ce qui n’est pas.

e) Le problème n’est pas celui de rendre à l’homme sa liberté naturelle.

Tout le problème est maintenant de permettre la liberté civile et non de retourner dans un état de nature. Le tout est de savoir comment sera l’état social légitime.

L’état social actuel n’est pas légitime puisqu’il viole ce droit fondamental de la liberté. L’état civil est pourtant le seul état possible, l’état de nature étant invivable. Même dans un état civil injuste, l »état civil est préférable à l’état de nature. Il permet à l’homme notamment la survie, l’union faisant la force contre les bêtes sauvages par exemple. Cela dit, la tâche sera de rendre légitime cet état civil, non pas en légitimant l’esclavage mais en faisant en sorte que l’état civil garantisse la liberté humaine de tout homme sans exception. « Rendre légitime » cette expression implique la nécessité du changement. Le problème est de voir quelle pourrait être la liberté d’un homme dans la société afin de contraindre les faits aux droits. Pour résoudre ce problème il faudra trouver l’équivalent du de la liberté naturelle et de l’égalité naturelle dans l’état de société.

Hervé Moine

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 308 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :