Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Réponse de Ti-Malo à Ernest Pépin

Posted by Hervé Moine sur 26 janvier 2009

Je vous soumets ici la réponse du slammeur Ti Malo à l’article de l’Ernest Pépin. Celle-ci trouve sa version créole et sa version française ci-dessous :

On peut trouver cette réponse le site Caribcreole.com

Hervé Moine, Actu Philo

Misyé Pépin,

Jou 21 janvyé 2009, ou maké on teks non ay sé « Quelle leçon tirer de Barack Obama ? ». Dépi sa, teks-la ja fè lantou a Nichtwel toupatou. Pou otan, on pawti a pep Gwadloup touvé woch-la tonbé an jaden a yo, ki fè jodijou, nou désidé réponn vou.

Dépi tan é tan, moun éséyé esploité moun pou fè lajan. Sa ka fèt dot koté, sa ka fèt an Gwadloup osi. On gran nonm kon’w dwè tèt savé, sé wol a on sendika dè prévwa a kondisyon a travayè. Konba sendikal pèwmet patron péyé travayè a woté a travay yo ka fè ; sé sendika ki fè si alèkilé moun ka travay adan lé méri Gwadloup, pé espéré ni on rètrèt. On gran nonm kon’w dwè tèt savé kè menm si sendika ka ni on konsyans politik, a pa wol a sendika dè réfléchi, a on projé politik, sa sé rol a pawti politik.

Mè ou dwètèt sav osi, si a pa té sendika ki té goumé pou Konsey Jénéral té achté tè agrikol, pa té ké rété hak tè pou Gwadloupéyen. E sé davwa tè agrikol té an men a Konsey Jénéral – ola vou menm ka travay- , pep gwadloupéyen té pé di non a on projé a gwo lotel ki té pou fèt Marigalant ni twa-kat lanné dè sa.

Pou on mon kon vou yo bay jéré kilti pou péyi Gwadloup, lésé moun a kwè kè kilti an nou ka vin tradisyon a pa senplèman on bétiz sé on méchansté.
Es sé tann ou pa tann travay a moun kon Laviso, kon group Kimbol, kon François Ladrezau, ka eséyé poté on dot biten adan mizik an nou ? Es sé suiv ou pa suiv, Kamodjaka oben Léna Blou ka prévwa pou fè an sot kè dansé gwo ka an awmoni épi jan nou ka viv jodla pito ki resté pri adan dé model pa, ki té ka montré on vi ki pa tan nou anko ? Es sé gouté yo pa ba’w gouté manjé a on paké restoran ka mélanjé pwodui péyi an nou épi dot biten pou touvé on dot larel ? Es sé vwè ou pa vwè pep Gwadloup, pran konsyans ni dé moun ki té la avan’y é ki fè’y divini sa i divini, ki donk ni potré a Inyas, Delgrès, Gerty Archimède an péyi la ? Es sé sav ou pa sav, kè moun ki kay an lékol a « Yo pou nou sé » mandé a poté on kontribisyon pou lékol-la kontinyé, on lékol ola moun ka aprann istwa a péyi Gwadloup ? Es sé o kouran ou pa o kouran, lè LEAD ka prévwa, ka réfléchi an ki jan nou pé fè on méyè ékonomi ? Es ou pa tann kè agrikiltè ka owganizé yo pou transfowmé manjé ki ka soti an tè ?
Es a pa wol a vou, responsab a kilti a péyi-la, dè poté sèkou é asistans a dé owganizasyon kon sa ? Ba yo on koudmen pou touvé solisyon, touvé lajan si bèzwen, pou rédé yo ay pi lwen adan konba a yo ? Ka ou ka fè pou sa misyé Pépin ?

Ou ka pléré zyé aw sek : pa ni jounal ka konsyantizé. Wadi ou pa dwèt ka achté jounal dépi on ti moman. Pas dapré mwen, « Progres Social » po ko mò, « Le patriote » ka egzisté, é « Le Mika Déchainé » pa ka moli. E si yo pon yonn pa ka plèw, ka ki ka anpéché’w fè on jounal ?

Kant a di kè « kreyol ka foukan » la, an ka touvé ou kay two fò. Davwa pano a komin Gwadloup pi an pi maké an kréyol alè, télé ka fèt an kréyol alè, banndésiné ka fèt an kréyol, liv ka fèt an kréyol. Mè pétet a pa kreyol pou’w. Pétet kreyol-la sa pa asé on kreyol pou’w. Pétèt fodré ou té montré nou ka ki kreyol. Mè o kréyol aw misyé Pépin ?

Pou’w pé maké, nou sé on pep ki konnèt yenki kilti-wélélé, ou pa gè ka soti non plis dépi on ti moman. Ou pa dwet té adan swaré a ripaj poétik Konsey Jénéral owganizé an 2007 an bitasyon La Ramée. Davwa ou té ké tann jan jenn Gwadloupéyen kon Silansieu é I’Mann sa sèvi épi lang kreyol pou jété ou kou zyé si nou menm, propozé on dot chimen, on dot jan pou nou viv ansanm. Ou pa dwèt té ni tan pou ay L’Artchipel lanné pasé, gadé travay a Kolektif C Nou Menm, ki ka sèvi épi vidéo pou fè nou gadé nou nou-menm an nou, ki an menm dè tan ka vwoyé on limyè artistik asi on pawti a istwa a péyi an nou. Pétèt ou ka fè pawti dé moun ki ka kwè rap a pa mizik, hip-hop a pa kilti, ki fè ou pa ka pran an konsidérasyon kontribisyon a dé moun kon Afroo, kon Tysmé ki pa senplèman ni istil, mè ki ni on lidé a Péyi-la yo ka défann.

Pétet sé vré aw : nou pa bon patron, nou pa bon mari, nou pa bon fanm, nou pa bon travayè. Pétet sé vré aw, nou pa bon moun. Mè sa sé pou lenstan ! Piti a piti, ti pilo pa ti pilo, ni dé moun ka poté gad, ka fè atansyon a byen jéré lantoupriz a yo, ni dé mari ki pa ka rantré adan mès a ba lari chenn tou lon jouné. Ni dé fanm ki ka poté gad a pa lévé zanfan a yo kon kok gyenm !
Pétet sé vré, nou pa bon moun. Mè nou sé moun. Moun ka éséyé fè Pep a yo é Péyi a yo vansé. E si vou ou ka santi ou pé pa, si pep-la tro red ba’w, si péyi-la two konpliké ba’w, tanpisouplé misyé an mwen, mété’w a koté. Oben vin avè nou.

Version Française


Monsieur Pépin,

Le 21 janvier 2009, vous publiiez un texte intitulé « Quelle leçon tirer de Barack Obama ? ». Depuis, ce texte a fait le tour du web. Cependant, une partie du peuple Guadeloupéen considère votre texte comme une provocation et a décidé de vous répondre.

Depuis des lustres, des hommes ont essayé d’en exploiter d’autres pour le profit. Cela se produit ailleurs, cela se produit en Guadeloupe également. Un homme de votre stature sait à coup sur, que c’est le rôle des syndicats de défendre les intérêts des travailleurs. Le combat syndical a permis à de nombreux travailleurs de recevoir le salaire qu’ils méritent pour le travail qu’ils fournissent. Ce sont les syndicalistes de Guadeloupe qui ont obtenu la reconnaissance et la titularisation de bon nombre d’employés de Mairie qui peuvent aujourd’hui espérer toucher une retraite. Un homme de votre stature, sait que même si les syndicats on bien souvent une conscience politique, il n’est pas dans leur attribution de réfléchir a un projet politique, c’est celui des partis politiques.

Mais vous ne pouvez ignorer, que si ce n’était le combat syndical, le Conseil Général ne serait sans doute pas en possession de terres agricoles dont il ne resterait aujourd’hui plus rien. Et c’est parce que c’est terres agricoles sont aux mains du Conseil Général – ou vous travaillez – qu’un projet hôtelier n’a pas pu amputer Marie-Galante de ses meilleures terres.

De la part d’un des responsables de la Culture en Guadeloupe tel que vous, laisser croire que notre culture se mue en tradition n’est pas simplement une bêtise, c’est une iniquité.
N’avez-vous donc pas entendu le travail de Laviso, du groupe Kimbol, de François Ladrezau qui s’efforcent d’apporter autre chose à notre musique ? N’avez-vous donc pas été informé que Kamodjaka et Léna Blou proposent des pas de danse inédits, plus en accord avec notre vie d’aujourd’hui, plutôt que de rester sclérosés dans des pas qui représentent une réalité que nous ne vivons plus ? N’avez-vous donc pas goûté à la nouvelle cuisine créole issue de la rencontre entre notre tradition culinaire et les saveurs venues d’ailleurs ? N’avez-vous donc pas vu le peuple Guadeloupéen prendre conscience de la nécessité d’honorer ses ancêtres et placer des statues d’Ignace, de Delgrès et de Gerty Archimede dans le pays ? Ne savez-vous donc pas que les éleves de l’école « a Yo té pou nou sé » ont insisté pour apporter une contribution financière au fonctionnement de cette école, où l’on peut apprendre l’histoire de la Guadeloupe ? N’êtes vous donc pas au courant que le LEAD, Laboratoire d’Economie Appliquée au Développement, réfléchi a des alternatives économiques pour la Guadeloupe ? N’avez-vous pas été informé que les agriculteurs se sont regroupés au sein d’une organisation visant à mettre en œuvre l’agro-transformation ?
N’est-ce pas votre rôle, en tant qu’un des responsables de la culture dans notre pays, de leur porter assistance, financement si besoin, pour les aider dans leur démarche ? Que faites vous monsieur Pépin ?

Vous vous lamentez qu’il n’y pas de presse capable de conscientiser. Sans doute n’avez pas été en kiosque depuis longtemps. Car, que je sache, « Le Progrès Social » parait encore, « le patriote » est publié et « le Mika déchaîné » est loin d’être complaisant. Et si aucun de ces journaux ne vous convient, qu’est-ce qui vous empêche de proposer autre chose ?

Quant à dire que « le créole fout le camp », rien de plus exagéré. Car de plus en plus de panneaux de signalisation sont en créole de nos jours, le créole est à la télévision, en bande dessinés et dans des livres. Mais peut-être est-ce insuffisant pour vous ? Peut-être qu’il faudrait nous monter ce qu’est le créole. Et où est donc votre créole, monsieur Pépin ?

Pour vous permette d’écrire que notre notion de culture se résume au divertissement, c’est que vous ne devez pas non plus sortir très souvent. Vous avez certainement raté la soirée slam organisée par le Conseil Général en 2007 à l’habitation La Ramée. Vous y auriez entendu des jeunes Guadeloupéens comme Silansieu et I’Mann qui savent se servir de la langue créole pour jeter un regard sur nous-mêmes, proposer un autre chemin, une autre façon de vivre ensemble. Vous n’avez sans doute pas eu le temps de vous rendre a l’Artchipel assister aux représentations du collectif « C Nou menm » qui utilise la vidéo pour nous pousser à l’introspection tout en portant un éclairage artistique sur une partie oubliée de notre histoire. Peut-être faites-vous partie de ceux qui considèrent que le rap n’est pas de la musique, et que le hip-hop n’est pas de la culture. Auquel cas, vous passez a coté de la contribution d’artistes tels Afroo ou Tysmé qui ne se contentent pas d’avoir du style, mais qui défendent chacun a leur manière, une certaine idée du pays.

Peut-être avez-vous raison : nous ne sommes pas de bons patrons, nous ne sommes pas de bon maris, pas de bonnes épouses, pas de bon travailleurs. Mais rien la de définitif ! Petit à petit, certains d’entre nous font attention a bien gérer leur entreprise, attention a se rendre disponible pour leur famille, à bien élever leurs enfants.
Peut-être avez-vous raison ; nous ne sommes pas un bon peuple. Mais nous sommes un peuple. Des hommes et des femmes qui veulent avancer et progresser ensemble. Et si vous être trop las pour porter votre contribution, si notre peuple est trop têtu pour vous, si notre pays est trop complexe pour vous, retirez-vous. Sinon, venez donc nous rejoindre.

Pour signer cette lettre ouverte, suivez ce lien.

Publicités

Une Réponse to “Réponse de Ti-Malo à Ernest Pépin”

  1. webpage said

    Excellent post. Keep writing such kind of info on your site.

    Im really impressed by it.
    Hello there, You’ve performed an excellent job.
    I’ll certainly digg it and personally recommend to my friends.
    I’m confident they will be benefited from this web site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :