Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Correction de l’exercice 2 « Le droit du plus fort »

Posted by Hervé Moine sur 7 février 2009

Exercice 2 Voir texte 2

1.     Ce texte se situe au chapitre III, du livre I du Contrat social, intitulé Du droit du plus fort.

2.     Précédemment Rousseau, dans le chapitre I du livre I du Contrat social, s’interroge sur ce qui fait que l’homme a perdu sa liberté originelle : « l’homme est né libre et partout il est dans les fers ». Et il en vient à examiner l’origine et la nature du droit du plus fort, au nom duquel justement disparaît cette liberté. Autrement dit, constatant que la société corrompt l’homme naturel et que le mal existe dans la société des hommes, Rousseau recherche un remède, non pas comme on le croit trop souvent par un retour à l’état de nature puisque l’homme ne peut vivre à l’état naturel et qu’il a besoin de relations sociales, mais en transformant la société corrompue. Pour cela, il faut, selon lui, tenter de trouver une forme de société dans laquelle l’homme puisse vraiment se réaliser et se reconnaître. Et c’est cette tentative qui est justement l’objectif du Contrat social. La question est de savoir sur quoi doit se fonder le vrai contrat. Selon lui le vrai contrat de se reposer sur le droit.

3.     Ainsi la question que se pose Rousseau dans ce texte peut être formulée de la manière suivante : Peut-on fonder le droit sur la force ?

4.     La réponse de Rousseau, dans cet extrait du chapitre III, du Livre I est claire : En aucun cas la force ne peut fonder et engendre le droit et que c’est le droit qui fait la force.

5.     Rousseau, dans cet extrait vise et critique les partisans du droit du plus fort, tels Calliclès, personnage interlocuteur de Socrate dans le Gorgias de Platon et le philosophe Thomas Hobbes pour qui la force est au fondement du droit positif, c’est-à-dire au droit réel, tel qu’il est institué. Au contraire, pour Rousseau il existe un fossé d’une part entre la force et la contrainte, et d’autre part entre le droit et la valeur morale.

6.     L’argumentation de Rousseau s’établit justement dans une critique de la thèse selon laquelle le droit se fonder sur la force, en montrant qu’elle est en pleine contradiction. En effet, afin de démontrer sa thèse, Rousseau montre tout d’abord que la force triomphante se perpétue en établissant un droit : « le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir ». Mais à cela ensuite, il ajoute qu’une puissance physique ne peut créer en aucun cas ni moralité ni devoir ; « La force est une puissance physique ; je ne vois point quelle moralité peut résulter de ses effets (…) En quel sens pourra-ce être un devoir ? ». Enfin, il montre que le raisonnement selon lequel droit doit se fonder sur la force ne peut que constituer un cercle vicieux « un galimatias inexplicable » et qui par là se détruit lui-même en se contredisant : « un droit qui périt quand la force cesse (…) S’il faut obéir par force, on n’a pas besoin d’obéir par devoir, et si l’on est plus forcé d’obéir, on n’y est plus obligé ».

7.     A voir

Conseil : Il conviendrait par exemple maintenant de construire une introduction (Contexte/ Question /Thèse) un développement qui développerait dans une partie l’argumentation de l’auteur par l’étude détaillée de la logique du texte, dans une deuxième partie une reprise du texte en suivant l’ordre de sa composition afin de l’expliquer dans le détail en prenant soin de conceptualiser les notions importantes et enfin de construire une dernière partie en dégageant l’intérêt philosophique et en prolongeant la connaissance de l’extrait en faisant référence avec ce que dit Rousseau dans la suite du Livre I . En outre, il sera possible de nourrir cette étude par la connaissance de la philosophie de Hobbes à laquelle s’oppose Rousseau.

Proposition d’un travail personnel : Rédiger le développement et s’entraîner à l’exposer oralement.

Publicités

Une Réponse to “Correction de l’exercice 2 « Le droit du plus fort »”

  1. THERA said

    A reblogué ceci sur Les bribes du sens: PENSER, AGIR, CONSTRUIRE…et a ajouté:
    La réflexion est très intéressante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :