Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Régis Debray, un penseur hors catégorie pour un moment de fraternité

Posted by Hervé Moine sur 12 novembre 2009

Jeudi 12 novembre 2009 à 17 heures

Rencontres Sciences-Po – Sud-Ouest

Régis Debray, philosophe et écrivain

Cette rencontre avec Régis Debray aura lieu à l’amphi Montesquieu Institut d’études politiques, 11, allée Ausone à Pessac, sur le campus.

________________________________________________

Un article de Thomas La Noue pour le quotidien Sud-Ouest sur ce « penseur solitaire ».

Pour voir l’article dans le site de Sud-Ouest : http://www.sudouest.com/accueil/loisirs-culture/livres/article/766732/mil/5349769.html

Le penseur solitaire

Régis Debray. (Photo Philippe taris)

Ci-contre une photo de Régis Debray. © Philippe taris

Ne dites pas à Régis Debray qu’il est un intellectuel. Le pourfendeur des « intellocrates » pourrait en prendre ombrage. Il préfère se définir et être reconnu comme philosophe et écrivain. Pas d’objection. Philosophe, il l’est par sa formation à l’École normale supérieure, par ses travaux et la réflexion qu’il développe depuis des décennies sur le pouvoir, le politique, le sacré et le rôle des religions dans le monde actuel. Pour faire bonne mesure, on peut ajouter une culture encyclopédique et une réflexion toujours renouvelée sur l’art sous toutes ses formes. Quant à sa position d’écrivain, nul ne saurait la lui dénier : l’homme a du souffle et du style, manie l’essai avec brio et le pamphlet avec vigueur.

Mais il est aussi ce promeneur solitaire qui, dans son dernier ouvrage, « Le Moment fraternité », réfléchit longuement sur le troisième terme de la devise républicaine, sur sa place capitale dans le dispositif politico-social, mais déclare sans ambages : « Penser, c’est toujours se dissocier. »

Itinéraire singulier

Régis Debray, c’est aussi un itinéraire singulier qui, au mitan des années 60, conduit un jeune homme qui aurait pu se lancer dans une carrière universitaire, ou pourquoi pas, médiatique, vers les hauts plateaux boliviens à la rencontre d’Ernesto « Che » Guevara. Celui-ci mène là-bas un combat qui fait rêver une partie de la jeunesse de la Vieille Europe. On connaît la suite. La mort du Che, l’arrestation de Debray et quatre années de prison. À sa libération, obtenue en 1971, il part pour le Chili, où Salvador Allende mène dans un cadre démocratique une politique de gauche alors terriblement isolée et qui sera brutalement interrompue par le coup d’État du général Pinochet, le 11 septembre 1973.

À ce moment-là, Régis Debray est déjà rentré en France. Les années suivantes seront celles de la tentation littéraire sous sa forme romanesque, du travail dans le sillage de François Mitterrand, premier secrétaire du PS, puis auprès du président à l’Élysée, entre 1981 et 1985. Il sera l’inspirateur du discours de Cancún, perçu en son temps comme l’acte fondateur de nouvelles relations entre la France et l’Europe et le sous-continent latino-américain.

Il occupera encore par la suite quelques fonctions officielles, retrouvera l’université à Lyon, se consacrera à la conception d’une discipline nouvelle, la médiologie, et enseignera même au Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Sa prise de position au moment de la guerre du Kosovo et un témoignage très contesté le placeront en 1999 au coeur d’une féroce polémique. Parallèlement, Régis Debray ne cesse de publier, d’interroger le monde, la création et sa propre expérience.

Celui qu’une imagination paresseuse voudrait voir statufié dans sa posture de guérillero d’il y a quarante ans ne cesse de surprendre, pratiquant volontiers l’art du contre-pied. Il dérange souvent, irrite parfois, mais trace sa route hors des contingences définies par l’air du temps.

C’est ce penseur décidément difficile à caser qui sera ce soir l’invité des Rencontres Sciences Po-« Sud Ouest ». Entre les réflexions sur la République, la nation, l’action politique, les pratiques des médias, la création artistique en général, littéraire en particulier, et sur le besoin de transcendance qui traverse toutes les sociétés, la matière ne manquera pas.

Thomas La Noue
__________________________________________________________

Pour en savoir davantage sur Régis Debray

Vous pouvez aller consulter le site de Régis Debray

debray site
____________________________________________________________________

Les ouvrages de Régis Debray

Pour se procurer « Le moment fraternité » de Régis Debray

debray fraternitéLe moment fraternité

_________________________________________

Pour vous procurer les ouvrages de Régis Debray

_________________________________________

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :