Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Camus, sa position par rapport au christianisme

Posted by Hervé Moine sur 13 février 2010

Du 15 mars 2010 au 16 mars 2010

à l’Institut Catholique de Paris

Camus, la philosophie et le christianisme

A l’occasion du 50ème anniversaire de la Mort d’Albert Camus, la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris et le Laboratoire d’Anthropologie Philosophique et de philosophie pratique, en partenariat avec la Société d’études camusiennes, organisent un Colloque universitaire international les 15 et 16 mars 2010, intitulé : « Camus, la philosophie et le christianisme.

Ce colloque étudiera comment Camus, qui rejetait l’esprit de système et l’idéologie religieuse et s’efforçait de vivre selon une éthique de l’existence absurde et révoltée, s’est situé par rapport au Christianisme au cours de sa vie, dans son oeuvre littéraire et dans sa pensée philosophique.

Albert Camus 1913-1960

Camus n’était pas un philosophe professionnel, il rejetait l’esprit de système tant dans la pensée que dans l’action. Il avait autant besoin de la littérature que de la philosophie pour exprimer et réfléchir l’existence, l’absurde, la révolte et l’engagement. La philosophie était pour lui d’abord une éthique répondant au défi de l’existence.

Le philosophe en effet, qui récuse les dogmes et les systèmes sans verser pour autant dans le pessimisme et le nihilisme, veut assumer une existence sans Dieu mais non sans valeurs. Il veut « être dans l’histoire en se référant à des valeurs qui dépasse l’histoire », « servir la justice parce que notre condition est injuste ». Autrement dit, il y a une morale même s’il n’y a pas de métaphysique ni de théologie. Cette morale n’est pas exempte de spiritualité. Dans cette perspective il est intéressant d’interroger les rapports de Camus et du Christianisme.

Tout au long de sa vie, Camus a rencontré le Christianisme, dans les contextes culturels et sociaux qui furent les siens, dans les personnes qu’il a connues ou qu’il a imaginées et mises en scène, dans ses études et dans les débats que son œuvre a suscités.

Quelle expérience en a-t-il eue ? Quel rapport a-t-il entretenu avec lui ? Le philosophe résolu à vivre dans l’esprit de la révolte a certes combattu sans relâche le système idéologique religieux, mais il n’a pas ignoré le Christianisme comme style de vie.

Une quinzaine de conférenciers interviendront notamment :

  • Hans Achterhuis, Professeur émérite de philosophie systématique de l’Université de Twente
  • Peter Dunwoodie, Professeur de littérature française de l’Université de Londres
  • Hubert Faes, Professeur de Philosophie, Doyen Honoraire de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris
  • Lissa Lincoln, Professeur de littérature de l’Université Américaine de Paris
  • Agnès Spiquel, Professeur de Littérature de l’Université de Valenciennes, Présidente de la Société d’études camusiennes
  • Heinz Robert Schlette, Professeur émérite de Philosophie de l’Université de Bonn
  • Maurice Weyembergh, Professeur émérite de Philosophie de l’Université Libre de Bruxelles

Informations pratiques

Sur inscription : 10€ un jour – 20€ les deux jours
Lieu : 21 rue d’Assas 75006 Paris
Contact : +33 (0)1 44 39 84 86

Programme et coupon réponse du colloque Camus (399,11 kB)
Responsable du coloque : Lissa Lincoln
Adresse : 31, avenue Bosquet, 75007, Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :