Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Archive for mars 2010

Lecture du Contre Colotès de Plutarque

Posted by Hervé Moine sur 30 mars 2010

Rencontres internationales de philosophie ancienne

Lecture du Contre Colotès de Plutarque

les 8 et 9 avril 2010

ENS de LYON, Site René Descartes, Salle F 08

Ces rencontres internationales, consacrées à la lecture du Contre Colotès de Plutarque, sont organisées par Pierre-Marie Morel, Thomas Bénatouïl et Valéry Laurand; avec le soutien du CERPHI (UMR 5037), du Cluster 14 (Clusters de Recherche de la région Rhône-Alpes), de l’Institut Universitaire de France, des Universités Bordeaux 3 et Nancy 2.

Au programme de ces rencontres

Jeudi 8 avril 2010

  • Pierre-Marie Morel de l’ENS Lyon : L’épicurisme et ses ennemis, le cas du Contre Colotès
  • Luca Castagnoli de Durham : Démocrite et la question du scepticisme d’Epicure
  • Alain Gigandet de Paris Est-Créteil : Empédocle
  • Mauro Bonazzi de Milano: Parménide et Platon
  • Jan Opsomer de Köln : Socrate

Vendredi 9 avril 2010

  • James Warren de Cambridge : Les cyrénaïques
  • Carlos Lévy de Paris Sorbonne : Arcésilas
  • Geert Roskam de Leuven : Philosophie, lois et usages
  • Thomas Bénatouïl de Nancy 2 / IUF : Conclusions et discussion générale

Participeront également aux discussions: Aurora Corti, Daniel Delattre, Joëlle Delattre, Louis-André Dorion, Jean-Baptiste Gourinat, José Kany-Turpin, Valéry Laurand, Emidio Spinelli, Christelle Veillard, Francesco Verde.

Pour consulter en ligne le Contre Colotes de Plutarque cliquez ci-dessous

Posted in Colloque, philosophe, philosophie, rencontre | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Hommage à Emmanuel Lévinas

Posted by Hervé Moine sur 27 mars 2010

Lectures de Difficile liberté

Congrès International

des 4 au 9 Juillet 2010 à Toulouse

à l’Université Toulouse le Mirail et au Théâtre Garonne

et

Hommage à Lévinas

8 Juillet 2010| Toulouse

Theatre Garonne et Espace du Judaïsme

Attribution: Bracha L. Ettinger

Emmanuel Lévinas (1906-1995) Photo attribution à Bracha L. Ettinger

Emmanuel Lévinas nous a légué une des plus grandes pensées philosophiques du XXe siècle. Elle jouit aujourd’hui d’un extraordinaire rayonnement à travers le monde et cela bien au-delà des cercles de spécialistes.

Paru en 1963, réédité en 1976, Difficile Liberté. Essais sur le judaïsme, est une excellente introduction aux diverses facettes de l’œuvre de Lévinas : la philosophie, les commentaires bibliques et talmudiques, une pensée du judaïsme à la fois classique et révolutionnaire ainsi que l’action éducative pour le renouveau du judaïsme après la Shoah.

« Lectures de Difficile Liberté » sera le plus grand congrès international jamais consacré à Lévinas et à son oeuvre. Il rassemblera 180 orateurs venus de 42 pays qui présenteront et discuteront durant une semaine entière la pensée de Lévinas telle qu’elle se révèle dans Difficile Liberté.

En parallèle, des conférences, débats et projections de films et de documentaires se tiendront dans plusieurs lieux de culture de Toulouse.

Le congrès et les manifestations qui l’accompagnent, seront ouverts au public.

« Lectures de Difficile liberté » est aussi une occasion exceptionnelle pour que les anciens élèves de l’Ecole Normale Israélite Orientale, l’Enio, que Lévinas a dirigée pendant près de quarante ans,  se réunissent pour témoigner et rendre hommage à leur ancien directeur.

Cet événement aura lieu le 8 juillet 2010.

Organisé à l’intiative de la Société internationale de Recherches Emmanuel Levinas (SIREL, Paris), et de la North American Levinas Society (Purdue, USA), en partenariat avec l’Alliance Israélite Universelle (à l’occasion de son 150ème anniversaire),  le Fond Social Juif Unifié, Hebraïca (Toulouse),  Europhilosophie (Toulouse), l’Université de Toulouse le Mirail et l’Association Franco-Polonaise pour la Promotion de la Culture Juive (Toulouse). Partenariats presse: Philosophie Magazine, L’Arche, RCJ

Informations et inscriptions :

dlib2010@gmail.com

Posted in congrès, philosophe, philosophie | Tagué: , | Leave a Comment »

Les Traités de Plotin sont au complet

Posted by Hervé Moine sur 26 mars 2010

Plotin, les 54 traités et la Vie de Plotin par Porphyre

sous la direction de Luc Brisson et Jean-François Pradeau

Le dernier volume est en librairie depuis le 17 mars 2010: Plotin, Traités 50-54 et Porphyre, Vie de Plotin, Paris (Flammarion) 2010, 384 pp. [GF 1444]

Une lecture nouvelle de Plotin

La présente traduction n’a fait l’impasse ni sur les trois hypostases qui caractérisent la doctrine de Plotin: l’Un, l’Intellect et l’Âme ni sur leurs implications métaphysiques et mystiques. Mais elle a voulu mettre en valeur les recherches de Plotin dans le domaine de l’épistémologie où il suit volontiers un Aristote interprété par son célèbre commentateur, Alexandre d’Aphrodise, et elle a cherché à faire ressortir l’intérêt, réel et constant, dont Plotin fait preuve pour tout ce qui touche à la nature, s’inspirant alors des stoïciens, de Platon, et surtout du * Timée* qu’il connaît sur le bout de ses doigts.

Considérations éditoriales

Avec ce neuvième volume, se termine, après dix ans de travail, cette traduction française, réalisée par un groupe d’enseignants chercheurs international (France, Italie et Québec), de la totalité de l’œuvre de Plotin considérée dans l’ordre chronologique de sa production. C’est à ce jour la seule traduction complète en Français, réalisée à partir de la nouvelle édition due à Paul Henry et Hans-Rudolf Schwyzer. Cette traduction se veut claire, précise et facile à lire. Les notices et les nombreuses notes qui l’accompagnent tiennent compte de la recherche internationale depuis 1950 et veulent aider le lecteur à surmonter les nombreuses difficultés que présente un système philosophique qui propose une synthèse s’étendant sur plus de cinq siècles.

>>> Pour obtenir les ouvrages de Plotin <<<

Posted in Les parutions, philosophe, philosophie | Tagué: , , | Leave a Comment »

La pensée pourrait-elle dissiper les ténèbres ?

Posted by Hervé Moine sur 25 mars 2010

Coupe de Corse de Philosophie

La pensée pourrait-elle dissiper les ténèbres ?

7 avril 2010

Corte

Lu dans Corse Matin

Les lycéens préparent la joute verbale du 7 avril

Muscler sa réflexion, affûter ses arguments, travailler sa repartie… L’entraînement bat son plein pour les deux équipes de sept lycéens qui s’affronteront lors de la 3e édition de la Coupe de Corse de philosophie, le 7 avril prochain à Corte. Organisée par la Fédération de philosophie et de joute verbale, Alma di Luce, la compétition, qui opposera les établissements de Haute-Corse et de Corse-du-Sud, promet d’être âprement disputée.

« Les participants viennent des lycées Giocante-de-Casabianca, Paul-Vicensini, Jean-Nicoli, Jeanne-d’Arc, de Balagne, de Porto-Vecchio, ainsi que des lycées Fesch et Laetitia-Bonaparte, précise le président de l’association, Christophe Di Caro. Tous sont en classe de terminale, à l’exception de deux élèves de première, qui sont véritablement passionnés par les débats et le monde des idées. »

Une passion qu’il s’agira donc de mettre à l’épreuve face au public, sur la scène de l’espace Natale-Luciani, en débattant de la question : La pensée pourrait-elle dissiper les ténèbres ? « Ce sujet a été choisi en collaboration avec de nombreux professeurs de philosophie sur l’île, ajoute l’organisateur. Il s’agit d’un questionnement assez large et fédérateur, qui induit notamment la référence au siècle des Lumières. Les participants étant très motivés, nul doute qu’ils sauront révéler toute l’ampleur de la problématique. »

Trois prix honorifiques en jeu

Avertis du sujet un mois avant la rencontre, les lycéens auront en ce sens à présenter un exposé de 10 minutes par équipe, avant de débattre librement durant 40 minutes, sous l’oeil attentif d’un jury de spécialistes présidé par le recteur d’académie, Michel Barat. Assistée d’une commission d’objectivité, la commission votante, composée d’enseignants, d’universitaires ou encore de journalistes représentants les différentes microrégions insulaires, décernera le prix du jury, ainsi que le prix du meilleur orateur. De son côté, le public sera également appelé à voter pour récompenser l’équipe de son choix.

La Coupe de Corse s’achèvera alors en apothéose avec la remise des trophées bien sûr, mais aussi avec l’interprétation de l’Ode à la joie de Beethoven, traduite en langue corse par Ghjuvan-Teramu Rocchi et interprétée par l’orchestre symphonique de l’École nationale de musique et de danse de Bastia, sous la direction de Luc Lautrey. Un vrai cadeau pour les philosophes en herbe, et les autres.

Savoir +

La Coupe de Corse de philosophie et de joute verbale aura lieu le 7 avril dès 15 h 30 à Corte, salle Natale-Luciani, en partenariat avec l’université et le rectorat de Corse, France 3 Corse, Frequenza Mora, Corse-Matin, l’École nationale de musique et de danse, l’orchestre Henri-Tomasi, la chorale Corse-Joie, l’association Une minute de soleil en plus, AGEP communication et les lycées participants.

Laure Filippi

http://www.corsematin.com/ra/haute-corse/247141/corte-les-lyceens-preparent-la-joute-verbale-du-7-avril

Posted in débat, Lu sur la toile, Philo bac, philosophie | Leave a Comment »

The Future of Philosophy of Science

Posted by Hervé Moine sur 24 mars 2010

Une conférence intitulée

« The Future of Philosophy of Science »

aura lieu du 14 au 16 avril 2010

à Tilburg, aux Pays-Bas.

La philosophie des sciences porte sur les fondements et les méthodes de la science. La portée de la philosophie des sciences ne prête pas tellement à controverse, mais on constate de nombreux désaccords quant à sa méthodologie.

La conférence étudiera les diverses méthodologies utilisées pour explorer le sujet. L’objectif consiste à identifier les caractéristiques similaires dans les méthodologies afin de permettre aux chercheurs de mieux cerner l’avenir de la discipline.

La conférence sera entrecoupée de huit sessions plénières. Chaque session comprendra des intervenants invités qui présenteront un extrait de leur thème de recherche.

Pour de plus amples informations, consulter:
http://www.tilburguniversity.nl/faculties/humanities/tilps/FPS2010/

Philosophy of science deals with the foundations and the methods of science. While the scope of philosophy of science is rather uncontroversial, there is considerable disagreement about its methodology. A look into the relevant journals reveals that there is a plurality of approaches. Some researchers use the traditional method of conceptual analysis, others engage in formal modeling, conduct case studies and – more recently – experiments, or consult the history of science in considerable detail. Despite the differences in these approaches, there also seem to be undeniable trends in our discipline, such as the increasing specialization, and the increasing co-operation with empirical scientists and policy makers. This conference will explore the future of philosophy of science. In particular, we are interested in how the different methods philosophers of science use relate to each other, whether they can fruitfully complement each other, and whether current trends allow predictions about the development of our field. We invite contributions that combine cutting-edge individual research with a general perspective on the methods and future of philosophy of science.

Posted in conférence, philosophie | Tagué: , | Leave a Comment »

Première Bande Dessinée consacrée à la vie d’un philosophe

Posted by Hervé Moine sur 23 mars 2010

Lu dans le Phil’info de  philomag.com

Nietzsche, une BD pour tous et pour personne

C’est la première bande dessinée consacrée à la vie d’un philosophe. Michel Onfray et le dessinateur Maximilien le Roy adaptent la biographie de Nietzsche en un tome paru vendredi 19 mars aux éditions Le Lombard (128 pages, 19 €). À mi chemin entre l’histoire et la légende, l’académique et le symbolique, cet ovni culturel raconte une existence dépeinte dans un script que Michel Onfray destinait au cinéma, L’innocence du devenir (Galilée, 2008). Ce texte a inspiré Maximilien Le Roy, qui nourrissait le projet de dessiner quelque chose autour de l’oeuvre de Nietzsche. Il envoya ses premières planches au fondateur de l’université populaire de Caen. Ce dernier, séduit par ces esquisses et soucieux de « faire descendre la philosophie dans la rue », a donné son accord pour un album.

Pour lire la suite de l’article suivre ce lien :

http://www.philomag.com/fiche-philinfo.php?id=178

Posted in Les parutions, Lu sur la toile, philosophe | Tagué: | Leave a Comment »

Berkeley guide pour une relecture de Descartes

Posted by Hervé Moine sur 21 mars 2010

Berkeley l’Irlandais

d’Alain Simon

aux Editions Yoran Embanner

___________________________________


Annonce de publication par les éditions Yoran Embanner

À l’occasion de la Saint Patrick, les éditions Yoran Embanner ont le plaisir de vous annoncer la publication d’un nouvel ouvrage de Simon Alain : Berkeley, l’Irlandais. En quelque sorte, la suite de « Descartes, Breton ? » publié en 2009.

George Berkeley (1685-1753) est un philosophe irlandais qui n’a pas toujours été reconnu par son Irlande natale. Il a souvent été minoré comme philosophe. Pourtant, il est l’auteur d’une œuvre à la fois puissante et paradoxale. Il a été qualifié d’« idéaliste », d’« immatérialiste », de « doux rêveur ». Les siècles ont passé, et on le considère  aujourd’hui comme une figure d’avant-garde, au point d’avoir inspiré les plus grands penseurs : Hume, Mill, Emerson, Peirce, Einstein, Wittgenstein…

George Berkeley s’intéresse à la perception et à nos erreurs de perception. Le point de départ de sa pensée n’est autre que celle de René Descartes. En effet, là où Descartes résume sa pensée à un principe : « Je pense, c’est-à-dire j’existe », Berkeley résume la sienne à un autre : « Exister, c’est être perçu ou percevoir ».

Il peut dès lors être intéressant de prendre en considération ce qui a retenu l’attention de Berkeley chez Descartes, voire le prendre pour guide pour une relecture adéquate de Descartes.

Yoran Embanner est une maison d’édition basée à Fouesnant.
71 Hent Mespiolet
29170 Fouesnant
yoran.embanner@gmail.com

Voir le site

Posted in Les parutions, philosophe | Tagué: , , | Leave a Comment »

La critique au crible

Posted by Hervé Moine sur 18 mars 2010

Les facultés de juger

Critique et vérité

Du 7 avril 2010 au 10 avril 2010

____________________________________

Les facultés de juger, Critique et vérité

Colloque organisé par le CERILAC/ Paris Diderot

Equipe Théorie Littéraire et Sciences Humaines
Centre Roland – Barthes

Responsables scientifiques:
Evelyne Grossman/ Martin Rueff

7, 8, 9, 10 Avril 2010

Université Paris Diderot-Paris 7/ site Paris Rive Gauche

Sous le titre Les facultés de juger (critique et vérité), on propose de faire se rencontrer des journalistes, des critiques professionnels, des critiques universitaires et des écrivains, pour parvenir à une formulation adéquate de la question du jugement esthétique aujourd’hui. Il s’agit de faire le point sur l’activité et la pensée critique : sur son sens, sur sa généalogie, sur sa portée. Mais aussi sur ses ambitions et sa nécessité : critique et vérité. Rien ne sert de déplorer une perte généralisée de l’esprit (ou du sens) critique, ou de se plaindre que la situation de la littérature (comme celle de l’art) soit de plus en plus difficile. Laissons la plainte aux idéologues. Critiquons et voyons comment on critique. Soyons résolument critiques.

La place du jugement dans l’exercice critique doit être repensée. Juger ce n’est pas expertiser (cf. la charge de Milner), c’est évaluer dans un accompagnement des oeuvres et des productions qui exige du tact, mais aussi des critères qui correspondent à des règles où le sensible et l’intelligible se mêlent d’une manière certainement complexe mais que rien n’interdit, en droit, de décrire. Les étudiants sont obsédés par cette question qui travaille tous les artistes.

On se souvient qu’en 1967 Georges Poulet dirigeait un ensemble décisif intitulé Les chemins actuels de la critique : il s’agissait d’exposer les avancées de la critique littéraire, de faire se croiser des approches différentes et parfois contradictoires. Les exposants les plus remarquables de la critique psychologique, de la critique formaliste, de la psychanalyse existentielle, mais aussi de la critique d’inspiration bachelardienne ou de la sociocritique se réunissaient pour exposer leurs thèses et en discuter. La pensée critique avançait. Avec quel profit on le sait.

Certes, on ne retracera plus les chemins actuels de la critique. Question d’époque. L’effort critique nécessite cependant qu’on pense le geste critique pour aujourd’hui.

On propose donc que se tienne un colloque de plusieurs jours consacrés à faire se rencontrer plusieurs corps de métier attachés à la critique : artistes, créateurs, enseignants de diverses disciplines, critiques journalistiques, éditeurs de revue critique, critiques universitaires. On pourrait peut-être essayer de lever les malentendus.

C’est pourquoi on propose un colloque qui porte sur les concepts, les supports, les effets de la critique.

Quant aux concepts, la chose est simple : il s’agit de se demander comment on juge, de conduire les participants à réfléchir sur les règles du goût, sur les conditions de possibilité du partage esthétique. On pourrait ici proposer une généalogie du geste critique dans laquelle Kant devrait occuper une place déterminante. Cette interrogation peut bien être mise sous le signe du titre ancien de Barthes : critique et vérité à condition qu’on la pense bien comme une interrogation dialectique et politique uniment.

Quant aux supports, il faudrait faire grand cas de la différence qui existe aujourd’hui entre plusieurs supports de l’activité critique : la critique de journal (quotidien ou hebdomadaire), le magazine, mais aussi la revue spécialisée doivent se confronter aujourd’hui à la critique sur support électronique : revues internet mais aussi blogs littéraires. A ce titre, nous pourrions profiter de la présence de nos collègues de cinéma et de théâtre pour nous interroger avec eux sur le rôle de la critique dans leurs disciplines.

Quant aux effets, il serait bon de s’interroger sur le rapport de la critique et de la création aujourd’hui. C’est aussi un moyen de penser la modernité des poétiques. Des écrivains pourraient être conduits à dire, en public, la manière dont s’articulent, dans leur création, la pensée critique et le jaillissement de l’oeuvre. Inutile de rappeler combien nos étudiants sont attachés à cette question. On mettrait peut-être fin aux soupçons anti-intellectuels qui animent une part de l’opinion publique et des médias.

Au programme du colloque

Mercredi 7 avril 2010 : Les concepts de la critique et les styles de la critique

  • Julia Kristeva (Paris Diderot – IUF) « D’un discours sans objet »
  • Martin Rueff (Paris-Diderot) « Les facultés de juger »
  • Evelyne Grossman (Paris Diderot – CIPh) « En finir avec le jugement ? »
  • Patrick Hochart (Paris Diderot) Juger (Hannah Arendt)
  • Pierre Zaoui (Paris Diderot) « De la critique à la position et à l’affirmation : un voyage sans retour? »
  • Laurent Jenny (Université de Genève) « Vies et morts de la critique »
  • Eric Marty (Paris Diderot) « Barthes, critique et philosophie »
  • Marielle Macé (CNRS/ EHESS) « Le tournant esthétique de la critique »
  • Marc Escola (Paris 8 ) « Petites querelles du Grand Siècle, ou l’accent circonflexe »
  • Pierre Pachet (Paris Diderot) « A la rencontre des écrits politiques d’André Chénier »
  • Florence Dupont (Paris Diderot), Malika Bastin-Hammou (Université Grenoble 3), Pierre Katuszewski (Université Bordeaux 3 et Paris Diderot) « Quand la critique théâtrale ‘fait théâtre’ : (Aristophane, Térence. Pasolini) »

Jeudi 8 avril 2010  : L’état critique de la critique,l’état critique de la littérature, les écrivains et la critique

  • Gilles Moutot (Montpellier) « “Faire des choses dont nous ne savons pas ce qu’elles sont” : esthétique et critique selon Adorno »
  • Laurent Dubreuil (Cornell University) « Literature now »
  • Bertrand Leclair (essayiste et romancier) « La communication triomphante ou la nécessité de redéfinir l’espace critique »
  • Jérémie Majorel (Paris Diderot) « La critique d’Albert Thibaudet »
  • Philippe Beck (Nantes) « Critique et poétique (la descendance de Genette) »
  • Jean Delabroy (Paris Diderot) « La tierce voix (voix de personne, voix de quelqu’un »
  • Philippe Forest (Nantes) « Du ‘surimpressionisme’ critique »
  • Tiphaine Samoyault (Paris 8 ) « Avons-nous des modèles ? »
  • Elisa Sclaunick (Paris Diderot) « La critique d’écrivain (Dupin et les peintres) »
  • Miguel Abensour (Paris Diderot) « Pour une philosophie politique critique »

Vendredi 9 avril 2010 : Les supports de la critique

  • Jean-Louis Jeannelle (Paris IV/ Le Monde des livres) « Les valeurs de la critique »
  • Table ronde animée par Evelyne Grossman avec Patrick Kéchichian (La Croix) Jean Louis Jeannelle (Paris IV/ Le Monde des livres) Alain Veinstein (France Culture)
  • Francis Marmande (Paris Diderot) « Critiques d’objets non identifiés »
  • Intervention d’Omar Merzoug (La Quinzaine Littéraire)
  • Table Ronde des revues (P Chartier) Michel Crépu pour la Revue des deux Mondes Thierry Guichard pour le Matricule des Anges Omar Merzoug pour La Quinzaine littéraire Jean-Baptiste Para pour Europe Philippe Roger pour Critique
  • Table ronde JP Courtois/ M. Rueff la critique sur le net – singularité exemplaire du poétique, avec Pierre Le Pillouër (poète, site sitaudis), Florence Trocmé (site pozibao) Sébastien Rongier (site remue.net) et François Rannou (poète, publie.net)

Samedi 10 avril 2010  : La critique est difficile : Les objets modernes de la critique et la critique d’art

  • Christophe Bident et Christophe Triau (Paris Diderot) « Critique théâtrale : une scène désertée ? »
  • Hervé Joubert-Laurencin (Amiens) « Sans rien changer, que tout soit différent ou Le renouvellement de l’objet critique comme éternelle continuation de la critique »
  • Yannick Seïté (Paris Diderot) « Habiliter un objet nouveau : la critique et le jazz »
  • Franz Anton Cramer (Université des Arts de Berlin) « Critique de sauvetage : à propos d’objets éphémères dansés et leur construction par le discours »
  • André Gunthert (EHESS) « Pourquoi l’art ne peut pas être numérique ? »
  • Baldine Saint-Girons (Paris 10) « Inventer ou juger? La tradition rhétorique »
  • Yan Ciret (France Culture, Art Press) « Figures de la critique désoeuvrée »
  • Bertrand Clavez (Rennes II) « Fluxus, un art critique de l’art du critique d’art ? »
  • Jean Pierre Cometti (Aix-en-Provence) « Pour une critique sans jugement »
  • Nathalie Heinich (CNRS) « Topiques de la critique en art contemporain »

Responsable : M. Rueff & E. Grossma

Posted in Colloque, philosophie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Deux conférences en Sorbonne pour la 4ème séance du séminaire de philosophie hellénistique et romaine

Posted by Hervé Moine sur 16 mars 2010

4ème séance du Séminaire de philosophie héllénistique et romaine

Samedi 20 mars 2010

en Sorbonne

La quatrième séance du Séminaire de philosophie hellénistique et romaine (Paris 4 Sorbonne, Paris Est-Paris 12, ENS Lettres et sciences humaines) se tiendra samedi prochain 20 mars, de 10h à 13h à l’Université Paris Sorbonne, Salle de lecture de l’UFR de latin, escalier E, 3e étage.

Deux conférences sont programmées

  • F. Aronadio de l’Université Roma Tor Vergata, Félicité et condition humaine dans l’Alcion pseudoplatonicien. Sur de possibles développements de la tradition académicienne
  • S. Alexandre de l’Université de Grenoble 2, Ataraxie du sujet, troubles dans les normes. Les enjeux d’une allégeance performative

Posted in conférence, philosophie, Séminaire | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

la pensée du philosophe et rhéteur néo-platonicien latin Marius Victorinus à l’étude

Posted by Hervé Moine sur 11 mars 2010

Le Centre de recherches « Philosophies et Rationalités » (PHIER)

de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand II

organise une journée d’étude

Marius Victorinus et la philosophie

samedi 27 mars 2010

à la Maison des Sciences de l’Homme, Salle 332

Présentation de la journée Marius Victorinus

La journée d’étude que nous organisons est consacrée à l’œuvre et à la pensée du philosophe et rhéteur néo-platonicien latin Marius Victorinus (275-363). Quoiqu’il soit encore peu étudié, les historiens de la philosophie s’accordent toutefois à lui reconnaître un rôle décisif dans le passage de la philosophie grecque, néoplatonicienne, à une philosophie d’expression latine. Quelques études récentes l’ont ainsi suggéré : Victorinus est un artisan majeur dans la formation d’un vocabulaire philosophique de langue latine. La journée d’étude a pour but d’examiner la manière dont Marius Victorinus se situe au confluent de la philosophie grecque classique, du néoplatonisme contemporain, et de la patristique, en son expression grecque ou latine. Héritier de la philosophie grecque, Marius Victorinus est ainsi une source importante, mais souvent méconnue, de la philosophie occidentale.

Cette journée se situe dans le prolongement des travaux antérieurs du PHIER consacrés au néoplatonisme. Plusieurs colloques ont en effet été organisés, qui ont permis d’approfondir notre connaissance du néoplatonisme grec, et de ses résurgences, modernes ou contemporaines, principalement dans la philosophie de langue allemande. Il restait donc à prendre en considération le néoplatonisme latin.

Les différents intervenants que nous avons sollicités reflètent la diversité des facettes de Marius Victorinus. Philosophes ou philologues, spécialistes de la pensée grecque, ou latine, antiquisants ou médiévistes, ils s’attacheront, à partir de leur propre compétence, à mieux saisir, au travers de ses multiples sources ou de sa tout aussi diverse postérité, l’originalité de Marius Victorinus.

Au programme de cette journée d’étude

  • Philippe Hoffmann de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes de Paris, Réflexions sur l’histoire de la triade de l’Etre, de la Vie et de la Pensée dans le néoplatonisme
  • Anca Vasiliu du Centre Léon Robin, CNRS de Paris IV, L’argument de l’image dans la défense de la consubstantialité par Marius Victorinus (Adversus Arium, I, 19-20)
  • Alain Petit de l’Université Clermont-Ferrand II, Existence et manifestation. Un johannisme platonicien
  • Anne-Isabelle Bouton-Touboulic de l’Université Bordeaux III, Marius Victorinus et Augustin : questions autour des dialogues de Cassiciacum
  • Kristell Trego de l’Université Clermont-Ferrand II, Substance, sujet, acte. La première réception latine d’Aristote : Marius Victorinus et Boèce

Pour tout renseignement

Posted in Etude d'une oeuvre, Journée d'étude, philosophe, philosophie | Tagué: , , , , | 1 Comment »