Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Le caractère destructeur chez Walter Benjamin

Posted by Hervé Moine sur 27 septembre 2010

Séminaire Formes ludiques de la destruction et l’utopie d’un nouveau genre chez Walter Benjamin

Séminaire organisé par Astrid Deuber-Mankowksy  en 3 séances

Vendredis 8, 15 et 22 octobre de 12h à 14h salle RH02A – Bâtiment Buffon. Université Paris-Diderot

8 octobre : Signal et mandataire. Sur le « caractère destructeur » chez Walter Benjamin

15 Octobre : Mouvements de masse, ébranlement de la tradition. Sur le « caractère destructeur » chez Walter Benjamin

22 Octobre : L’Utopie d’un nouveau genre dans « Le Livre des passages ».

Dans un court texte de 1931, Benjamin décrit le « caractère destructeur » et définit l’intrication paradoxale entre création et destruction, entre collectionner et disperser, entre rajeunir et conserver et entre la vie et la mort.

Cette notion entretient une correspondance souterraine non seulement avec la seconde Considération inactuelle de Nietzsche, mais aussi avec les réflexions sur le rapport entre l’éros et la pulsion de destruction tels que Freud les développe à nouveau en 1932 dans la Nouvelle suite des leçons d’introduction à la psychanalyse. Benjamin connaissait et appréciait l’étude parue en 1920 Au-delà du principe de plaisir. Bien sûr, il ne pouvait connaître, au moment de la rédaction du Caractère destructeur, la Nouvelle suite des leçons. Il aurait néanmoins sûrement approuvé la thèse freudienne selon laquelle les phénomènes de la vie émanent de l’« action conjointe et antagoniste des deux  composantes», les pulsions érotiques, « qui veulent conglomérer toujours plus de substance vivante en des unités plus grandes », et les pulsions de mort, « qui s’opposent à cette tendance et ramènent le vivant à l’état anorganique ».[1]

Ce qui intéressait Benjamin, à la différence de Nietzsche et de Freud, était l’appréhension de la césure historique lors de laquelle le monde bourgeois au sein duquel il était né disparut pour laisser place à un monde nouveau, caractérisé par les mouvements de masse, par les luttes de classes, par les médias techniques et les crises économiques et politiques. Les tensions qui résultent de cette tentative de relier deux époques et deux classes opposées en ayant pour cela recours à sa propre existence comme médium de production littéraire organisent l’article sur le caractère destructeur.

Les deux premiers séminaires seront consacrés à la lecture du « caractère destructeur » dans le contexte des thèses de Benjamin sur le siècle de la reproduction technique. Le troisième séminaire traitera de l’utopie d’un nouveau genre, d’un nouvel ordre de la sexualité, esquissé par Benjamin en liaison avec les utopies des premiers socialistes.

[1] Freud, Sigmund : Nouvelle suite des leçons d’introduction à la psychanalyse. In : Œuvres complètes XIX. Paris : PUF 1995, p.190.<–>

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :