Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

La crise de l’identité culturelle européenne selon Françoise Bonardel

Posted by Hervé Moine sur 12 janvier 2011


Françoise Bonardel est philosophe et écrivain, Professeur de Philosophie des religions à l’Université de Paris1-Sorbonne où elle enseigne depuis 1990. Se destinant d’abord à une carrière artistique (musique, théâtre), elle a finalement choisi d’étudier la philosophie et l’anthropologie de l’imaginaire sous la direction de Gilbert Durand. Agrégée et Docteur d’État, elle est aujourd’hui l’auteur d’une dizaine d’ouvrages et de nombreux articles pour des revues françaises et étrangères et des ouvrages collectifs ( cf. bibliographie jointe).

Parallèlement à son enseignement à la Sorbonne elle dispense également des cours à l’Université Bouddhique Européenne (UBE) dont elle est membre depuis 2001 ; cours portant sur l’acculturation du bouddhisme en Occident et sur ses possibles relations avec la philosophie occidentale (cf. Bouddhisme et philosophie, 2008).
Rédacteur en chef de la revue Connaissance des religions de 2002 à 2006, elle s’est efforcée d’y promouvoir une réflexion sur les faits religieux prenant aussi bien en compte les acquis spirituels des différentes traditions  que les exigences propres à la modernité.
De nombreux voyages d’étude ou de découverte personnelle l’ont d’ores et déjà conduite dans la plupart des pays d’Europe du Sud, de l’Est et du Nord, au proche et Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Asie (Inde principalement) et Amérique du Nord (USA, Canada). La philosophie du voyage, de l’errance et de la « vie nomade » constitue d’ailleurs un des axes de sa réflexion placée depuis ses premiers travaux sous le signe d’Hermès, dieu des voyages, des échanges et des transformations, matérielles autant que spirituelles.
Découvrant dans l’hermétisme occidental une philosophie de la non-dualité marginalisée par l’histoire des idées, Françoise Bonardel invite aussi à  une relecture de cette histoire à la lumière de courants philosophico-religieux tout aussi négligés (gnosticisme, théologie négative, théosophie). Son intérêt pour le dialogue entre Orient et Occident, bouddhisme et philosophie, la porte aujourd’hui à réfléchir sur le nécessaire dépassement  de toutes les formes de dualisme au sein même de la culture européenne. Des héritiers sans passé : Essai sur la crise de l’identité culturelle européenne

Source : http://www.baglis.tv/intervenants/888-francoise-bonardel.html

Françoise Bonardel était l’invité du mois sur Radio Courtoisie dans l’émission du 11 janvier 2011, présentée par Patrick péhèle, Philippe Christèle et Lucien Valdes.

Pour écouter l’émission : Europe, des héritiers sans passé Durée 60′

Voir l’article du Post.fr à ce propos : http://www.lepost.fr/article/2011/01/12/2368178_europe-des-heritiers-sans-passe.html

________________________________________________________________________________________________________________________

Réflexion critique sur la culture de l’Europe

Françoise Bonardel

Des héritiers sans passé

Essai sur la crise de l’identité culturelle européenne

aux Editions de la transparence / Philosophie

 

Lors de la publication d’Errata, en 1998, George Steiner était présenté par son éditeur comme l' » une des dernières figures de la grande culture européenne « .
Le message est brutal, peut-être excessif ; il annonce en tout cas une Europe en voie de déculturation… et cela semble aller de soi. Mais s’il y a une crise de la  » grande culture européenne « , encore faut-il s’interroger sur la signification du mot culture et sur ce que représente aux yeux de nos contemporains le patrimoine culturel européen. Or, au moment où les débats sur l’identité se multiplient de part et d’autre en Europe, force est de constater que ce qui devrait précisément faire l’enjeu de la réflexion est présupposé, voire ignoré.

À l’ère de la mondialisation, sommés de choisir entre l’attachement patriotique, exclusif et autoritaire, et le  » métissage « , source de bien des confusions et d’un relativisme culturel intégral, nous sommes les héritiers d’un passé au regard duquel nous nous reconnaissons de moins en moins endettés. En ce sens, il n’a peut-être jamais existé de crise culturelle plus inquiétante. Ni nostalgique ni passéiste, l’auteur du présent essai ne délivre pas une leçon de géopolitique ; elle préfère montrer de quelle manière la culture européenne a durant des siècles refusé l’alternative contemporaine entre cosmopolitisme et enracinement dont elle a au contraire enseigné le dépassement.

Pour se procurer l’ouvrage : Des héritiers sans passé : Essai sur la crise de l’identité culturelle européenne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :