Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Les dérives xénophobes doivent-elles museler la discussion sur l’identité nationale ?

Posted by Hervé Moine sur 30 janvier 2011

Finkielkraut: «La culture c’est unplugged!»

Article d’Arthur Bayon paru dans Libération – Culture – édition du 29 janvier 2011

http://www.liberation.fr/culture/01012316784-finkielkraut-la-culture-c-est-unplugged

Ci-contre Alain Finkielkrauit (sina MIRABDOLBAGHI)

Pétri de références littéraires et philosophiques, l’exposé de Finkielkraut s’articule autour de quelques faits marquants d’actualité, à commencer par les «attaques répétées du président de la République contre La princesse de Clèves». «Comment peut-on vouloir se réclamer de l’identité nationale et faire soi-même si peu de cas de la littérature qui en est une composante essentielle?», assène l’écrivain, rappelant au passage que les questions de culture générale ont été éjectées des concours administratifs en 2009.

Forcément, le philosophe en vient rapidement au fameux débat sur l’identité nationale en France.  S’il admet que «les suspicions sont légitimes vis-à-vis du gouvernement», il s’exclame: «Pourquoi s’indigner d’une réflexion sur l’identité nationale ?». Pour lui, les dérives xénophobes ne doivent pas museler la discussion. Peu de temps avant, Finkielkraut prétendait néanmoins que  «la société se décharge[ait] facilement sur les hommes politiques de ses propres turpitudes.» De l’identité nationale, on passe à l’Histoire et au devoir de mémoire. Au programme, des mises en garde: «Tout récit national doit être déconstruit», attention au «chauvinisme du présent» sauce «nous sommes supérieurs à nos ancêtres qui ont pratiqué l’esclavage et la colonisation» et des sentences cinglantes: «La grande culture ne vous rend pas fier, elle vous rappelle votre médiocrité» ainsi que le retentissant «il n’y a pas de peuple français». Petit détour par Frédéric Mitterrand et sa décision de retirer Louis-Ferdinand Céline des célébrations nationales 2011: «Il y a un conflit entre bien moral et bien esthétique», «il est difficile d’assumer l’héritage contradictoire de Céline».

«Je fais partie d’une génération où la lecture allait de soi». C’est peut-être pour cela qu’Alain Finkielkraut fait sans cesse référence à la littérature et à la philosophie quand il parle de culture. Presque rien sur la musique, le cinéma ou la peinture. Peut-être par manque de temps… Mais l’écrivain-essayiste trouve tout de même le moyen de donner son opinion sur les nouvelles technologies,  qu’il juge «grisantes et inquiétantes»: «Ce qui me gêne, c’est la connexion constante. Je pense que la culture est un moment de déconnexion. La culture c’est unplugged!»

ARTHUR BAYON, étudiant à l’école de journalisme de Grenoble

Publicités

Une Réponse to “Les dérives xénophobes doivent-elles museler la discussion sur l’identité nationale ?”

  1. Andreuskas said

    privet 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :