Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Face au chaos, que peut la philosophie ?

Posted by Hervé Moine sur 27 février 2011

« La philosophie ne doit point mourir car sa mort entraînera inévitablement la mort de l’Homme… » telle est la dernière phrase de l’article intitulé « La philosophie aujourd’hui », d’Atmane Bissani, professeur à la faculté des Etudes Françaises Faculté Polydisciplinaire Errachidia, paru dans le journal marocain Libération le 24 février dernier.

Le chercheur universitaire qui a dernièrement publié « L’altérité à travers La Nausée et Huis clos de Jean-Paul Sartre« , pose ici la question de savoir si la philosophie peut encore jouer un rôle aujourd’hui dans un monde qui est proche du chaos. Par un retour à la fonction de la philosophie et notamment l’étude de son rapport à la citoyenneté, il montre qu’elle développe des comportements civiques. Les déroutes que connait le monde aujourd’hui seraient consécutifs justement au recul de la pratique de la philosophie dans la cité. Et plus particulièrement dans le cas du monde arabe, la philosophie est devenue une urgence, aujourd’hui plus que jamais, car elle purifie les esprits et cultive le raisonnement cosmopolite.

Hervé Moine, ActuPhilo

La philosophie aujourd’hui

Article d’Atmane Bissani paru le 24 février 2011 paru dans Libération-Maroc

http://www.libe.ma/Fenetre-La-philosophie-aujourd-hui_a17284.html?print=1

Face au chaos qui commence à régner dans le monde actuel, face à la montée en spirale de la violence de part et d’autre, face aux défis de la mondialisation et face à la logique de la technique qui a participé, d’une part, au/du soulèvement des peuples arabes (Internet) et qui, d’autre part, participe au massacre du peule libyen en ce moment que peut la philosophie ? Quelle leçon peut-elle avancer aux citoyens du monde ?

Fille de la cité, la philosophie avait pour leçon primordiale la civilisation des gens. Elle avait une fonction pédagogique visant la création d’une culture fondée essentiellement sur l’éthique de la discussion. A cet effet, la philosophie apprenait aux Athéniens que la seule et unique manifestation de la civilité de l’individu était sa capacité de débattre de différents sujets dans un climat de controverses garantissant aux orateurs le droit à la différence et à la distinction. Les Athéniens avaient, dès lors, le sentiment d’une citoyenneté sans laquelle leur existence aurait été superfétatoire. Comportement raffiné et civilisé, la citoyenneté était ce miroir au fond duquel se reflétait la maturité de la pensée athénienne et, de là, sa mise en pratique dans les différents contextes de la vie. Aussi le sens de citoyenneté se concrétisait-il chez les Athéniens grâce aux apports de la pensée libre et responsable que déployait la leçon philosophique. De là, à Athènes, la philosophie était pour la citoyenneté ce que l’âme est toujours pour le corps.

S’il en est ainsi, la réflexion sur la leçon de la philosophie, fondement de toute pratique citoyenne, est tellement vaste que nous allons nous contenter de rappeler ici ce qui urge pour notre situation actuelle dans le monde en tant qu’entités radicalement différentes.

Pratiquement, la philosophie, telle qu’elle se conçoit aujourd’hui, est l’art de déconstruire le quotidien, c’est dire le saisir dans son dessaisissement, dans ses lignes de fuites, dans ses métaphysiques, dans ses détails et dans ses contradictions afin de le re-penser et, ipso facto, participer à sa refonte. Un tel re-penser et une telle refonte du quotidien doivent se faire fondamentalement dans un cadre instauré sur le principe de l’espace public qui permet à tout un chacun de contribuer au devenir non seulement de son être, mais aussi de sa cité et de sa communauté à partir de la vision du monde qu’il adopte. Etre citoyen, donc, revient à dire appartenir à une communauté assurant au sujet le droit au dire et au faire loin de toute idéologie de ressentiment ou d’exclusion, c’est pouvoir mettre en exercice son droit d’être tout en reconnaissant le droit d’être des autres. Ce comportement civique doit pratiquement s’apprendre aux citoyens depuis les débuts de leur scolarisation, moment où ils commencent à apprendre leurs différences et leurs particularités. La philosophie, suivant cette logique, apprend aux petites comme aux grandes gens que la citoyenneté est avant tout la dichotomie droit/devoir, certes. Mais, la citoyenneté est aussi la promotion de la culture de pluralité, de diversité et de mansuétude.

La philosophie développe chez les individus un comportement civique qui libère leurs potentialités imaginatives et leur permet de les exposer sans crainte d’autrui. Elle a le mérite de cultiver chez eux la culture de l’Agora et par conséquent la culture de la citoyenneté qui pose que toutes les opinions sont discutables car elles sont humaines et donc leurs vérités, la logique le stipule, sont relatives. La culture de l’Agora, comme comportement policé, tend à rendre universel le sens noble que recèle l’affinité philosophie/citoyenneté. Il s’agit là de réhabiliter les déroutes et les aberrations introduites dans les sociétés humaines suite au malheureux recul qu’a connu la pratique de la philosophie dans la cité actuelle.

Cet état des lieux traduit une exclusive vérité : la récupération de l’essence de la citoyenneté est inhérente à la re-naissance de la leçon de la philosophie. Dans le cas du monde arabe, il faut dire que la philosophie est devenue une urgence aujourd’hui plus que jamais car elle purifie les esprits et cultive le raisonnement cosmopolite. Aucune autre discipline n’est habilitée à remplacer la philosophie. Par contre toutes les autres disciplines ont besoin de la trace de la philosophie pour mieux rayonner. En peu de mots disons ceci : politique, économie, littérature, histoire, etc. en tant que disciplines ne sont possibles que si elles sont fondées sir la logique de la philosophie. La philosophie ne doit point mourir car sa mort entraînera inévitablement la mort de l’Homme…

Jeudi 24 Février 2011 Atmane Bissani Source : http://www.libe.ma

 

L’altérité à travers

La Nausée et Huis clos de

Jean-Paul Sartre

étude analytique

Editions Universitaires Europeennes (décembre 2010)

Pour se procurer L’Altérité à travers la Nausée et Huis Clos de Jean-Paul Sartre

 

Le nouvel ouvrage d’Atmane Bissani : L’Altérité selon l’œuvre sartrienne

« L’altérité à travers La Nausée et Huis clos de Jean-Paul Sartre », est l’intitulé du dernier ouvrage d’Atmane Bissani, enseignant de la littérature française à la faculté polydisciplinaire d’Errachidia, paru fin 2010, en langue française, aux éditions Universitaires Européennes.

L’ouvrage, décliné en 360 pages en format moyen, se propose de revenir sur la philosophie sartrienne, son existentialisme, et ce à partir de l’étude du roman « La Nausée » et de la pièce de théâtre « Huis Clos » du philosophe et écrivain français.

Thème philosophique majeur dans ces deux œuvres, l’Altérité est abordée dans toutes ses facettes. Sartre, étant un adepte de la phénoménologie, y examine l’existence humaine dans ce qu’elle a de plus compliqué et de plus abscons, en l’occurrence son incompréhensibilité et sa complexité. Il s’agit ainsi de repérer les ingrédients de la théorie de l’altérité tels qu’ils étaient étalés, expliqués et analysés par le père de l’existentialisme Jean-Paul Sartre, mais aussi tels qu’ils sont dégagés par l’auteur, à travers une lecture profonde d’une réflexion philosophique singulière.

Jean-Paul Sartre qui se positionne, tour à tour, comme philosophe et écrivain, réunissant ainsi le raisonnement de Spinoza et l’imagination littéraire de Stendhal, est incontestablement l’un des seuils épistémologiques incontournables dans la compréhension des grands tournants ayant traversé et fait l’Histoire du XXe siècle.

Son œuvre, diffuse et confuse, est fondée principalement sur la question de l’être en tant que conscience responsable de sa quiddité et de son devenir. En effet, Sartre interroge la condition d' »être » à partir de la mise en scène de la conscientisation comme moteur de fonctionnement.

« L’on parle de plus en plus de dialogue de cultures et de civilisations, et je pense personnellement que cette thématique relève d’abord d’une réflexion philosophique avant tout, d’où l’impérieuse nécessité de revenir aux sources de cette thématique devant régir les relations entre membres de l’espèce humaine », estime l’auteur de « L’altérité à travers La Nausée et Huis clos de Jean-Paul Sartre ». Atman Bissani n’est pas à son premier jet en la matière, il avait déjà publié en 2009 un ouvrage intitulé « De la Rencontre, essai sur le possible », où il décline, sur une centaine de pages, plusieurs notions liées à l’altérité telles le dialogue, l’entretien, l’échange et l’acculturation, et engageant nécessairement une volonté de s’ouvrir sur l’Autre, « comme il est et non comme on souhaite le voir ».

MAP Samedi 1 Janvier 2011

Source : http://www.libe.ma

 

Advertisements

Une Réponse to “Face au chaos, que peut la philosophie ?”

  1. recommended

    Face au chaos, que peut la philosophie ? « Actuphilo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :