Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Burke, « le Cicéron anglais »

Posted by Hervé Moine sur 4 mars 2011

Edmund Burke est philosophe mais il est certainement plus fondamentalement et avant tout homme politique. Cet Irlandais, membre du parti libéral des Whigs, dont il fut un des chefs de fil de la branche conservatrice, fut, en effet, longtemps député à la Chambre des Communes britanniques. Il est notamment célèbre pour son soutien aux colonies d’Amériques du Nord pendant leurs conflits avec Georges III et pour son opposition ferme et résolue à la Révolution française. Il exprima cette opposition dans ses Réflexions sur la révolution en France (Reflections on the Revolution in France) parues en 1790 et dans un discours Sur la situation actuelle de la France (On the Situation in France) prononcé la même année. Ses prises de positions lui ont valu la réputation d’affreux réactionnaire qui le conduira quasiment aux oubliettes du côté français, et, de père fondateur du conservatisme anglo-américain, considéré comme un classique de la philosophie politique admiré de manière telle qu’on l’appelera parfois le « Cicéron anglais » outre Manche et outre Atlantique.

Par son ouvrage, Burke, Le futur en héritage, Patrick Thierry nous permet de renouer avec ce penseur méconnu du siècle des Lumières opposé aux lumières et plus fin qu’il n’y parait si l’on en croit Jean Montenot dans un article de l’Express.

Hervé Moine, ActuPhilo

Illustration de Burke. Le futur en héritage

 

Patrick Thierry

Burke, Le futur en héritage

Michalon, Collection Le Bien Commun

Présentation de l’éditeur

Le lecteur français connaît surtout Edmund Burke (1729-1797) pour l’assaut mené par les « Réflexions sur la révolution en France« . C’est réduire à une seule dimension l’oeuvre d’un penseur considéré dans le monde anglo-saxon comme un classique de la philosophie politique. La critique de la révolution n’est qu’un pan d’une oeuvre complexe, qui commence en 1757 avec l' »Essai sur le Sublime et le Beau » et se traduit dans des prises de position sur l’impérialisme britannique en Inde, la Révolution américaine et la question irlandaise. Et la remarque de Novalis (« Burke a écrit un livre révolutionnaire contre la révolution ») en indique l’ambivalence. Les tensions qui parcourent l’oeuvre se lient à l’urgence de l’actualité et aussi, pour Burke, à sa propre position d’Irlandais, partagé entre la fidélité à son île et l’ambition de peser sur les cours des choses. Mais elle s’accompagnent d’une réflexion sur le temps long et la continuité du corps politique, rappel aux Anglais de leur héritage (confirmé par la Révolution de 1688), et avertissement aux Français qui voudraient s’affranchir entièrement du passé. Élément essentiel du droit, le temps est aussi condition de possibilité d’une philosophie politique.

Pour se procurer l’ouvrage de Patrick Thierry, Burke – Le futur en héritage

L’auteur

Patrick Thierry, agrégé de philosophie, est ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud. Ses travaux, notamment « La Tolérance. Société démocratique, opinions, vices et vertus » (PUF 1997), portent sur la philosophie morale et politique. Il est aussi le traducteur de Locke, Adam Smith et John Stuart Mill.

La philosophie en héritageFichier:EdmundBurke1771.jpg

Article de Jean Montenot paru dans l’Express le 4 mars 2011

http://www.lexpress.fr/culture/livre/burke-la-philosophie-en-heritage_968298.html

Une première approche en français du philosophe irlandais.

Il n’existait pas, en français, de monographie présentant la pensée d’Edmund Burke (1729-1797). L’ouvrage de Patrick Thierry comble ce manque. Le philosophe irlandais est pourtant un écrivain politique d’importance aux yeux des Anglo-Saxons, apprécié – fait plutôt rare – tant des conservateurs que des libéraux.

Chez nous, ses fameuses Réflexions sur la Révolution de France (1790) l’ont fait passer pour un auteur réactionnaire. On le connaît aussi pour sa Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau (1757), traité qui fit sa première réputation de philosophe et suscita des Remarques de Kant. Patrick Thierry, en quelques chapitres, permet de se faire une idée précise de Burke. C’est un des mérites de son livre que de montrer le lien entre les deux aspects, esthétique et politique, de la pensée du philosophe irlandais (p. 104 sqq.), l’histoire ayant quelque chose à voir avec un théâtre, fût-il obscur. Il y est aussi opportunément rappelé que, avant de dénoncer (non sans lucidité) le processus révolutionnaire enclenché en France, Burke s’était engagé en faveur de l’Inde en proie aux abus de l’Administration britannique. Il jugeait l’ambition, la jeunesse et l’enrichissement rapide des administrateurs de la Compagnie des Indes orientales néfastes non seulement aux autochtones exploités, mais encore à la Couronne britannique, la Compagnie tendant à devenir une sorte d’Etat dans l’Etat. Derrière la critique de l’oligarchie des parvenus de la Compagnie des Indes, il y avait en filigrane, dans l’esprit de Burke, celle des factions qui dominaient et exploitaient l’Irlande. C’est ainsi qu’à sa manière Burke défendit aussi son île natale. L’analyse de son attitude à l’égard de la révolution américaine complète le tableau.

Ce penseur apparaît plus fin, sinon plus complexe, que l’idée qu’on s’en fait d’ordinaire. Ainsi Burke se méfiait-il de la raison individuelle ou privée quand elle s’oppose à la raison collective, allant jusqu’à faire l’éloge du préjugé. En tant que « sorte d’abrégé des raisonnements qui l’ont produit et des expériences qui l’ont validé », le préjugé se présente même comme une condition de l’action et du comportement moral. En cela, Burke s’inscrit dans la lignée d’Aristote, de Cicéron et de Montesquieu, ses auteurs de prédilection. Par son fin décryptage des engagements et des textes du philosophe, Patrick Thierry restitue avec bonheur cette figure originale.

Jean Montenot

Pour se procurer l’ouvrage de Patrick Thierry, Burke – Le futur en héritage

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :