Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Théatre-philo ou Philo-théâtre. De bouts d’éthique à fragment de pensée

Posted by Hervé Moine sur 20 mars 2011

Approche théâtrale

Lectures et échanges

la compagnie du Groupetto met en lumière

Baruch Spinoza et Blaise Pascal

Montpellier

Bouts d’éthique

Texte philosophique majeur et complexe,

Ethique de Spinoza lu par Jean-Marc Bourg

en extraire les passages les moins obscurs et de l’aborder sans réécriture.

21 mars 19h au Château d’O

_____________________

Fragments de pensée

Pascal trouvait le théâtre dangereux,

ses écrits portés à la scène avec Yedwart Ingey.

La philosophie n’est pas un divertissement mais cela n’empêche pas d’y prendre plaisir.

23 mars 19 h au Théâtre d’O

______________________

Rencontres Philosophique au Domaine d’O

Article de Didier Maheu paru dans montpelliernet.fr le dimanche 20 mars 2011

http://www.montpelliernet.fr/article-1285-rencontres_philosophique_au_domaine_do.html

En ce mois de Mars, le Domaine d’O propose des rencontres philosophiques; premier rendez-vous lundi 21 Mars intitulé « Bouts d’éthique ».

L’Ethique est un des textes les plus importants de la philosophie occidentale. Ecrit sous la forme « géométrique », il est de prime abord assez difficile. C’est pourquoi nous avons détricoté cette forme absconse en un montage des passages les plus simples, mais sans réécriture. Nous essaierons par la lecture de donner vie à ce génie solitaire qui polissait humblement des lentilles pour gagner son pain tout en apportant sa pierre philosophique à l’histoire de la pensée.
Revenir ou accéder aux grands textes de la pensée pour entamer une réflexion ensemble par le dialogue, tel est le but que nous nous sommes fixé. L’art théâtral servira de relais : par l’interprétation, il permet de clarifier quelque peu ces textes philosophiques qui nous ont paru souvent arides et abscons quand nous étions sur les bancs du lycée. Par la magie du théâtre, il s’agit de remettre le philosophe en situation, de faire vivre sa pensée devant nous et même de le faire dialoguer avec nous.
L’esprit de la collection est d’accumuler peu à peu des « numéros » qui seront disponibles en permanence ; c’est aussi de donner une forme légère et souple à ces représentations pour qu’elles puissent se dérouler dans les lieux les plus divers.
Ces spectacles-rencontres se déroulent en deux parties distinctes :
  • Dans un premier temps le (ou les) comédien interprète(nt) le texte sur la scène. Ce n’est pas une lecture mais un travail théâtral approfondi. Cette partie ne doit pas dépasser 50minutes.
  • Puis, insensiblement, un contact s’établit avec le public, souvent par l’intermédiaire d’une tierce personne qui fait des objections au philosophe.
Et la discussion peut commencer ad libitum.
Didier Mahieu.

Rencontres Philosophiques : Bouts d’éthique de Baruch Spinoza avec Jean-Marc Bourg Lundi 21 Mars à 19h au Domaine d’O
______________________

« Pierre Sauvanet, philosophe, a publié un article intitulé « Ethique et optique chez Spinoza », cette juxtaposition entend approfondir, au-delà de l’analogie classique lumière/raison, la relation intime, presque nécessaire, entre le métier de polisseur de lentilles et celui de philosophe qu’a pu exercer Spinoza. Cette réflexion corrobore l’intuition que nous avons eue de présenter sur la scène le philosophe réfléchissant tout en polissant dans un environnement où la lumière serait un partenaire plus que décoratif. Une autre image vient aussi alimenter notre idée : c’est celle des tableaux bien connus de Vermeer ou de Rembrandt – contemporains de Spinoza – où la lumière latérale vient d’une fenêtre pour éclairer un homme qui étudie.

Fort de ces coïncidences qui, à vrai dire, n’en sont pas tout à fait, nous allons donc essayer à notre tour de juxtaposer le cheminement de la pensée du philosophe avec un parcours proprement lumineux, c’est-à-dire que nous utiliserons la lumière non seulement pour éclairer les corps mais aussi la parole, espérant ainsi mettre à jour certaines obscurités du discours…. La lumière en tant que corpuscule, en tant qu’onde, réfléchie par des miroirs, concentrée par des lentilles, décomposée par des prismes, ou matérialisée par de la vapeur. Au fil du développement de la réflexion, un édifice lumineux se construira suggérant la structure géométrique du texte voulue par Spinoza. » Groupetto

_____________________

Un plaisir non-divertissant

http://www.domaine-do-34.eu/

Pascal n’aimait pas le théâtre, ou plutôt il le trouvait dangereux parce qu’il séduit ; de tous les divertissements qu’il fustigeait, la comédie était la plus à craindre : elle représente nos passions avec tant de délicatesse, qu’elle peut nous conduire vers le péché en nous les faisant aimer.

Il peut donc sembler paradoxal de montrer Pascal au théâtre. Nous pouvons lever facilement cette apparente contradiction par un simple syllogisme :

1 – La philosophie n’est pas un divertissement.

2 – Nous proposons de la philosophie au théâtre.

3 – Donc le théâtre philosophique n’est pas un divertissement.

Mais attention, cela ne veut pas dire que le plaisir est absent. Il y a un rapport intime entre la connaissance et le plaisir (c’est ce que Kant appelait le domaine de l’esthétique), mais dans ce cas ce n’est pas un plaisir de consommation (ce que Pascal appelait « la concupiscence »), mais un plaisir de la connaissance elle-même. Et cette connaissance qui plaît ou ce plaisir qui connaît, n’est pas un divertissement, au contraire c’est de l’avertissement :

Faire de la philosophie c’est être averti, c’est-à-dire en alerte.

Fragments de pensée, au Théatre d’O, le mercredi 23 Marsà 19h


Le groupetto par la compagnie elle-même

Collection Philosophie de Chair

Vous avez dit “Groupetto”?

Gruppetto : ornement composé de trois ou quatre petites notes brodant autour d’une note principale.

Drôle de nom pour une entreprise qui se veut philosophique : la philosophie comme ornement, comme broderie de la vie ?

Attendez la suite, voici un autre sens qui n’est pas encore dans le dictionnaire :

Dans les trois grandes courses à étapes : le Tour de France, le Giro et la Vuelta, les coureurs doivent arriver dans des délais savamment calculés par rapport au temps mis par le premier. Il se trouve que les coureurs qui gagnent les étapes de plaine – les sprinteurs – ne peuvent suivre ceux qui gagnent les étapes de montagne – les grimpeurs. D’autre part – tous ceux qui font vraiment du vélo le savent – l’abri et le relais sont des alliés déterminants. Dans les étapes de montagne donc, les non-grimpeurs s’entraident en se relayant et en s’abritant pour arriver dans les délais en faisant les efforts minimaux afin de ne pas épuiser leurs forces pour le lendemain (il est permis de soupçonner que ces hommes solidaires « marchent à l’eau claire »). Ils forment donc un petit peloton que l’on appelle l’autobus ou le gruppetto.

Pour nous distinguer, nous avons francisé ce terme qui est une éthique de l’entraide, de l’humilité et de l’économie d’effort pour arriver néanmoins au but. On laisse son orgueil au vestiaire. Ce n’est pas de la modestie, c’est même le contraire : seuls les 200 meilleurs coureurs du monde peuvent participer aux grands tours.

Nous sommes des « cyclosophes » en quelque sorte.

La Collection philosophie de chair, qu’est-ce ?


Je commence à comprendre une philosophie

en me glissant dans la manière d’exister de cette pensée,

en reproduisant le ton, l’accent du philosophe.

Maurice Merleau-Ponty

Il s’agit d’une série de spectacles-rencontres que nous proposons en tournée, d’une durée maximale d’une heure, à partir desquels et sans transition, le public est invité à dialoguer sur les thèmes développés par le philosophe. Ces petites formes sont conçues de telle sorte qu’elles puissent être représentées en tous lieux et en toutes circonstances ; de plus, chaque numéro de la collection est disponible en permanence et vient s’ajouter aux autres exactement comme peuvent le faire les maisons d’édition avec les livres. Ainsi, après les spectacles sur des textes de DescartesPascalDiderot, Rousseau, Hegel, NietzscheMerleau-Ponty ou Bachelard qui sont toujours disponibles, nous proposons cette année notre nouvelle création: LA PROMENADE DU SCEPTIQUE de Diderot, qui, comme sont titre l’indique, est un spectacle-promenade.

Nous attirons votre attention sur le fait qu’il ne s’agit pas de lectures mais d’un travail théâtral approfondi où l’art du comédien est mis au service de la philosophie, lui rendant ainsi l’oralité dont elle était issue. Il s’agit d’interpréter le philosophe dans le texte, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de réécriture, simplement coupure quand le rythme théâtral l’exige. La pensée du philosophe est incarnée c’est-à-dire qu’elle est vivante et en marche, devant nous, et non pas cristallisée et « mise au propre » comme elle peut l’être dans un livre. La difficulté de compréhension du texte s’efface grâce à sa mise en situation et à l’art de la persuasion. Si elle persistait en quelque endroit, il est proposé au public de revenir sur certains passages en les rejouant à la fin du spectacle, comme le lecteur peut revenir en arrière sur certaines pages ardues.

Bien sûr, tous les textes philosophiques ne sont pas propices à une interprétation théâtrale, c’est pourquoi nous choisissons d’abord des philosophes qui, à notre avis, ont pensé leur philosophie en la vivant, leur écriture est plus habitée que celle de ceux qui conceptualisent à froid, sans passion. Cela peut paraître paradoxal, car une philosophie rigoureuse se veut objective, mais le tragique du philosophe est justement qu’il ne peut se défaire de son point de vue nécessairement humain, trop humain (à son goût). Et cette situation est éminemment théâtrale parce qu’humaine justement.

La liste des spectacles de la Collection :

Publicités

Une Réponse to “Théatre-philo ou Philo-théâtre. De bouts d’éthique à fragment de pensée”

  1. Article de Mireille Picard à propos de Bouts d’éthique

    La pensée de Spinoza (presque) sans peine

    Il est des philosophes dont on sait l’importance mais que l’on n’a pas forcément lu. Baruch Spinoza est l’un de ces grands noms. Or, puisque son œuvre n’est pas d’un accès facile, la lecture qu’en a faite la compagnie montpelliéraine du Groupetto, lundi au Domaine d’O, était bienvenue.

    Grâce à Didier Mahieu, instigateur de cette Collection philosophie de chair qui a déjà permis de faire entendre Nietzsche et autre Montaigne, on a découvert ce Néerlandais excommunié en des termes peu amènes en 1656 à seulement 24 ans. Et de sa voix claire et bien rythmée, le comédien Jean-Marc Bourg a permis à la quarantaine de spectateurs présents d’approcher la grande œuvre de Spinoza, L’éthique, à travers un montage d’extraits regroupés sous le titre Bouts d’éthique et ponctués de virgules musicales. Une invitation à la compréhension qui s’est achevée, comme toutes les lectures de cette collection, par un échange avec la salle où quelques autres férus ont apporté leur contribution.

    Du texte de Spinoza, conçu selon une approche mathématique (propositions suivies de démonstrations), Didier Mahieu et Jean-Marc Bourg ont délaissé la forme et ont pointé certains aspects. Il a été question de Dieu, que Spinoza assimile à la Nature, des hommes, qui « sont persuadés que tout a été fait pour eux », des notions (forcément relatives) du bien, du mal, et de réflexions sur l’amour, la haine, le désir ou encore la raison.

    Une ouverture à la réflexion qui donne envie d’en savoir un peu plus (et mieux) sur la pensée spinozienne. Ça tombe bien car Didier Mahieu et Jean-Marc Bourg préparent une pièce sur ce philosophe.

    En attendant, on peut aller voir, ce soir, le spectacle dédié à un autre grand penseur : Pascal. Un monologue également signé par la Cie du Groupetto.

    MIREILLE PICARD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :