Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Revenir sur la modernité de Walter Benjamin

Posted by Hervé Moine sur 16 octobre 2011

Photographie du passeport de Walter Benjamin, vers 1928 Berlin, © Akademie der Künste, Archives Walter Benjamin

Mardi 18 octobre 2011 à 19 h 30

Conférence

« Actualité et modernité de Walter Benjamin »

Par Bernd Witte

Longtemps méconnue ou négligée, la pensée de Walter Benjamin bénéficie aujourd’hui d’un rayonnement international rare pour une œuvre aussi exigeante. Expliquer le paradoxe de cette actualité, c’est revenir sur la modernité d’un auteur qui ne perdait jamais de vue les enjeux politiques, philosophiques ou esthétiques de son temps.

Le conférencier, spécialiste de Walter Benjamin, Bernd Witte est professeur à l’Institut d’Etudes germaniques — Heinrich-Heine-Universistät Düsseldorf. Il est notamment l’auteur avec  de la première biographie de Walter Benjamin traduite en français par André Bernold sur Walter Benjamin (Cerf, 1988), Bernd Witte a notamment dirigé l’ouvrage Topographies du souvenir. “Le livre des Passages” de Walter Benjamin (Presses Sorbonne nouvelle, 2007).

Sous la direction de Bernd Witte

Topographies du souvenir

« Le livre des passages »

de Walter Benjamin

Juillet 2007

Collection « Publication de l’Institut allemand »

Aux Presses Sorbonne Nouvelle

Prof. Dr. Witte

Bernd Witt, spécialiste de Walter Benjamin

Les passages de Paris, lieux de mémoire de la capitale et haut lieu du capitalisme triomphant, ont été au centre des recherches et des réflexions de Walter Benjamin durant son exil en France dans les années 1930.

Publié pour la première fois en 1982, Le Livre des passages, oeuvre foisonnante et inachevée, est devenue un véritable mythe, mine inépuisable de matériaux pour la recherche universitaire et lieux de convergence de tous les discours postmodernes.

Ce livre explore les quelques pistes de lecture et de réflexion qui s’ouvrent dans ce livre atypique qui est lui-même un passage où les vestiges d’un passé disparu éclairent notre présent et annoncent l’avenir.

Pour se procurer Topographie du souvenir : Le livre des passages

 

Bernd Witte et André Bernold

Walter Benjamin

Une biographie

Traduction d’André Bernold

Collection « La Nuit Surveillée »

Aux éditions du Cerf

Né en 1892 à Berlin et mort en 1940 à la frontière franco-espagnole (Port-Bou), Walter Benjamin a toujours erré « aux confins des doctrines qui se combattent, dans les lisières entre histoire, sociologie, esthétique et théologie » (H. Bianciotti).

Ami de Scholem et de Brecht, accueilli par G. Bataille et P. Missac à Paris, dont il voulait écrire l’histoire comme « capitale du XIXe siècle », qualifié de « rabbin marxiste » et de « matérialiste messianique » à cause de son approche nouvelle de l’expérience historique, il reste encore à découvrir.

Essais sur son œuvre et traductions de ses écrits se multiplient. Mais il manquait une biographie qui retraçât l’histoire de cette vie mouvementée et introduisît à l’évolution de sa pensée, depuis ses études sur la tragédie et le théâtre baroque jusqu’aux questions touchant « l’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique », « la photographie », la littérature, l’architecture des villes (les « passages » de Paris), et surtout le langage, la mystique et la philosophie de l’histoire.

Se procurer Walter Benjamin : Une biographie de Bernd Witte

Repères chronologiques de la vie de Walter Benjamin 

  • 1892 Naissance de Walter Benjamin à Berlin ; il est l’aîné des trois enfants d’Emil Benjamin, homme d’affaires et collectionneur, et de Pauline Benjamin, née Schönflies.
  • 1901-1912 Scolarité à la Kaiser-FriedrichSchule dans le quartier berlinois de Charlottenburg.
  • 1904-1907 Walter Benjamin devient pensionnaire du Landerziehungsheim de Haubinda (Thuringe), une école aux méthodes progressistes qui l’influencera dans ses réflexions sur l’éducation ; il y fait la connaissance du pédagogue réformateur Gustav Wyneken et tisse des liens avec le Mouvement de la jeunesse (Jugendbewegung).
  • 1910-1911 Sous le pseudonyme d’Ardor, premières publications dans la revue lycéenne influencée par Gustav Wyneken, Der Anfang (« Le Commencement »).
  • 1912-1915 Baccalauréat (Abitur) à Berlin, puis études de philosophie à Fribourg-enBrisgau et à Berlin.
  • 1913 Rencontre le poète Fritz Heinle ; premier voyage à Paris.
  • 1914 Président du Mouvement des étudiants libres (Freie Studentenschaft) ; déclaré inapte au service militaire ; suicide de Fritz Heinle et de son amie Rika Seligson au moment de la déclaration de guerre : profondément marqué par ce drame, Benjamin s’emploiera longtemps à faire publier les œuvres posthumes du poète ; rupture avec Gustav Wyneken, qui défend des positions bellicistes et prise de distance avec le Mouvement de la jeunesse.
  • 1915 Benjamin rencontre Gershom Scholem, Werner Kraft, Felix Noeggerath.
  • 1915-1917 Poursuit ses études à Munich.
  • 1917 Il épouse Dora Sophie Pollak ; installation du couple à Berne.
  • 1918 Naissance de Stefan Rafael, fils de Dora et Walter Benjamin.
  • 1919 Walter Benjamin soutient sa thèse, Le concept de critique esthétique dans le romantisme allemand [Der Begriff der Kunstkritik in der deutschen Romantik] à l’université de Berne ; rencontre Ernst Bloch.
  • 1920 Retour à Berlin ; Benjamin connaît de grandes difficultés financières ; rencontre le théologien et philosophe Florens Christian Rang ; leurs échanges influenceront notamment l’ouvrage de W. Benjamin Origine du drame baroque allemand.
  • 1921 Benjamin travaille à la création de la revue littéraire Angelus Novus, qui finalement ne verra jamais le jour.
  • 1923 Il s’inscrit à l’université de Francfort pour préparer son habilitation ; rencontre Theodor W. Adorno et Siegfried Kracauer ; traduction des Tableaux Parisiens de Charles Baudelaire.
  • 1924 Au cours d’un voyage à Capri, Benjamin fait la connaissance d’Asja Lacis, une communiste lettone originaire de Riga, dont il tombe amoureux ; elle jouera un rôle décisif dans sa vie et dans son évolution politique.
  • 1924/25 Grâce à F. C. Rang, publication de l’essai sur Les Affinités électives de Goethe dans la revue d’Hugo von Hofmannsthal, Neue Deutsche Beiträge.
  • 1925 Échec de son habilitation ; entreprend avec Franz Hessel la traduction d’À la recherche du temps perdu de Proust.
  • 1926 Benjamin se rend à Paris pour plusieurs mois ; il y retrouve Franz Hessel et Ernst Bloch, tente de tisser des liens au sein des milieux littéraires ; il fréquente les foires et les marchés aux puces ; ce séjour constitue une source d’inspiration importante pour certains de ses travaux ultérieurs.
  • 1926/27 Séjour de deux mois à Moscou ; Journal de Moscou ; à son retour à Berlin, il publie l’essai Moscou dans la revue de Martin Buber, Die Kreatur.
  • 1927 Nouveau séjour à Paris au cours duquel Benjamin se passionne pour le surréalisme ; la lecture du Paysan de Paris d’Aragon (dont il traduira quelques extraits l’année suivante) suscite un projet d’essai sur les Passages ; fréquents entretiens avec Gershom Scholem ; projet d’installation en Palestine.
  • 1928 Rencontre André Gide à Berlin ; Rowohlt Verlag publie Sens unique [Einbahnstraße] et Origine du drame baroque allemand [Ursprung des deutschen Trauerspiels].
  • 1929 Benjamin fait la connaissance de Bertolt Brecht par l’intermédiaire d’Asja Lacis ; il obtient un visa pour la Palestine dont il ne fera jamais usage.
  • 1930 Séjour à Paris : début de son amitié avec Adrienne Monnier ; l’éditrice et libraire lui viendra en aide au cours de ses années d’exil ; Benjamin divorce de Dora ; avec Bertolt Brecht et Bernard von Brentano, projet de création de la revue Krise und Kritik.
  • 1931 Séjour à Paris et en Provence.
  • 1932 Benjamin passe trois mois à Ibiza où il fait la connaissance de Jean Selz ; il entame la rédaction de sa Chronique berlinoise [Berliner Chronik] et d’Enfance berlinoise vers 1900 [Berliner Kindheit um neunzehnhundert] ; à Francfort, rencontre Horkheimer, qui dirige l’Institut für Sozialforschung (« Institut de Recherches Sociales »).
  • 1933 En mars, Benjamin s’exile à Paris puis gagne les Baléares ; à Ibiza, il travaille avec Jean Selz à la traduction française d’Enfance berlinoise vers mil neuf cent [Berliner Kindheit um neunzehnhundert] ; retour à Paris en octobre où il peut faire transférer l’essentiel de ses archives à l’exception du fonds Heinle ; rencontre Gisèle Freund à la Bibliothèque nationale ; dans la Frankfurter Zeitung, il doit écrire sous pseudonyme pour être publié ; début d’une correspondance soutenue avec Gretel Karplus, future épouse d’Adorno.
  • 1934 / 1935 Contributions régulières pour la Zeitschrift für Sozialforschung, organe de l’Institut für Sozialforschung en exil ; l’Institut alloue à Benjamin une allocation mensuelle ; il travaille sans relâche aux Passages, fréquente assidûment la Bibliothèque nationale ; séjour chez Brecht au Danemark, puis à San Remo ; Adorno critique sévèrement l’Exposé consacré à Paris, capitale du XIXe siècle.
  • 1936 Après avoir exigé plusieurs modifications, la Zeitschrift für Sozialforschung publie une première version de L’œuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée [Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit] dans la traduction française réalisée avec Pierre Klossowski ; nouveau séjour chez Brecht au Danemark ; retour à Paris en octobre ; conférence de  Benjamin sur Les Affinités électives de Goethe à l’Institut d’études germaniques de la Sorbonne ; parution de l’anthologie Allemands. Une série de lettres [Deutsche Menschen. Eine Folge von Briefen] sous le pseudonyme de Detlef Holz aux éditions Vita Nova de Lucerne ; la revue Das Wort édite l’essai sur Gide, Pariser Brief. André Gide und sein neuer Gegner ; séjours à San Remo.
  • 1937 Entame un travail sur Baudelaire ; publie dans la Zeitschrift für Sozialforschung un essai sur le collectionneur et historien d’art Eduard Fuchs, Eduard Fuchs, collectionneur et historien [Eduard Fuchs, der Sammler und der Historiker] ; séjours à San Remo.
  • 1938 Rencontre Hannah Arendt à Paris ; séjour au Danemark chez Brecht ; la Zeitschrift für Sozialforschung publie sa recension de la thèse de Gisèle Freund sur la photographie française au XIXe siècle.
  • 1939 Benjamin est déchu de la citoyenneté allemande ; l’étude Sur quelques thèmes baudelairiens [Über einige Motive bei Baudelaire] paraît dans la Zeitschrift für Sozialforschung ; lorsque la guerre éclate, il est interné au « Camp des travailleurs volontaires », Clos Saint-Joseph, à Nevers ; il doit sa libération en novembre à Adrienne Monnier et à Henri Hoppenot, diplomate au Quai d’Orsay. 17
  • 1940 Retour à Paris ; rédige ses thèses Sur le concept d’histoire [Über den Begriff der Geschichte] ; à la veille de l’entrée des troupes allemandes dans Paris, Benjamin fuit vers Lourdes avec sa sœur Dora, laissant tous ses manuscrits dans la capitale (il confie notamment ses matériaux et travaux préparatoires aux Passages à Georges Bataille, alors conservateur à la Bibliothèque nationale) ; en août, il gagne Marseille où il obtient un visa pour les ÉtatsUnis ; en septembre, avec quelques réfugiés allemands, il tente de franchir illégalement les Pyrénées pour rejoindre l’Espagne ; le 25 septembre, il arrive à Port-Bou avec le petit groupe mené par Lisa Fittko ; face au refus des policiers espagnols de leur laisser passer la frontière, Benjamin se suicide le 26 septembre en absorbant une forte dose de morphine.
  • 1942 Walter Benjamin zum Gedächtnis : recueil de textes rassemblés par Horkheimer et Adorno, parmi lesquels figurent les thèses Sur le concept d’histoire.
  • 1955 Schriften : textes édités par Theodor W. Adorno et Gretel Adorno chez Suhrkamp.
  • 1972 Début de la parution en sept tomes des Gesammelte Schriften chez Suhrkamp.
  • 1995-2000 Parution de la correspondance complète en six volumes, Gesammelte Briefe, chez Suhrkamp.
  • 2008 Début de la nouvelle édition critique allemande des écrits de Walter Benjamin (Walter Benjamin Werke und Nachlass. Kritische Gesamtausgabe) chez Suhrkamp (21 volumes).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :