Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Quand philosophes, historiens des sciences, linguistes et philologues se rencontrent

Posted by Hervé Moine sur 14 novembre 2011

Les recherches menées par l'unité de recherche ont plusieurs domaines d'application concrets, en particulier la linguistique.

Les recherches menées par l'unité de recherche ont plusieurs domaines d'application concrets, en particulier la linguistique.

Mieux comprendre notre société avec STL

Article publié dans l’édition de Nord Eclair du lundi 14 novembre 2011. Isabelle Dupont pour Nord Eclair a rencontré le philosophe Christian Berner.

http://www.nordeclair.fr/Locales/Villeneuve-d-Ascq/2011/11/14/mieux-comprendre-notre-societe-avec-stl.shtml

L’Unité mixte de recherches (Lille 3, Lille 1 et CNRS) intitulée « Savoirs, textes et langage » (STL) est née de la fusion d’équipes de linguistes, philosophes, historiens des sciences, philologues… Explications avec le philosophe et directeur Christian Berner.

Nord Eclair : Quel est la fonction du laboratoire « Savoirs, textes, langage » ?

Christian Berner : Nos recherches portent sur les savoirs, les textes, les discours, la constitution et la transmission des savoirs. Le laboratoire est spécialisé dans l’étude du sens ou plus précisément de la constitution du sens. Chaque spécialité a cependant des champs d’investigation très précis, souvent en interaction avec les autres, dans une diversité difficile à résumer.

NO : Ce qui en fait un gros laboratoire…

CB : Oui, pour un laboratoire de sciences humaines, c’est un gros laboratoire employant, doctorats compris, près de 160 personnes. C’est une unité mixte de recherches (UMR) qui réunit chercheurs de Lille 3, de Lille 1 et du CNRS.

NO : À quoi tient la spécialité du labo sur les antiquités grecques et latines ?

CB : Nous avons eu à Lille un grand centre de philologie, L’École de Lille, fondée par Jean Bollack dans les années 70. Elle s’appuyait sur une méthode d’interprétation reposant sur l’idée que les textes se comprennent dans une analyse rigoureuse de la lettre du texte, qui fait la part des difficultés et ne croit pas trop vite comprendre, qui critique les préjugés, tient compte de sa transmission. Pour comprendre, il faut comprendre ce contre quoi le sens est bâti, car si on veut dire quelque chose de nouveau c’est aussi contre des savoirs antérieurs. Nous analysons ainsi sous plusieurs formes comment se construit le savoir chez les anciens, comment ils justifient leur discours et argumentent (Sophocle, les pré-socratiques, Platon, Aristote…) et quelle a été la réception de ces discours dans l’antiquité.

NO : Les textes grecs ont encore beaucoup de choses à nous dévoiler ?

CB : Ce qui semble le mieux connu l’est le moins bien car on se contente de transmettre des interprétations qu’on n’a pas vérifiées. Il faut alors revenir aux textes et reprendre l’effort de comprendre depuis le début. Par exemple les philosophes et poètes anciens se citent entre eux. Il faut alors reconstituer quelque chose de très complexe. La force de L’École de Lille, c’est d’avoir réussi à relire Homère, Sophocle, Héraclite, Empédocle…, de les avoir remis dans un contexte où un sens nouveau surgit, qui était caché par des interprétations qui deviennent des « on dit », c’est ce qui fait les grands auteurs classiques.

NO : Quels peuvent être les domaines d’application concrets de vos recherches ?

CB : Cela varie suivant les domaines. D’une manière générale, nombreux sont ceux qui intéressent à l’argumentation, à la manière dont des savoirs se justifient. C’est notamment le cas des recherches en logique, qui analysent la validité des pensées et ce qui fait que nous les tenons pour vraies ou que nous changeons d’avis. Les philosophes, dans les différents champs, développent la pensée réfléchie et critique, que ce soit en éthique, en politique ou en esthétique, qui permet là aussi de justifier ce que nous pensons être vrai, bien ou beau.

Le domaine immédiatement le plus concret concerne la linguistique et tout particulièrement le travail sur le traitement automatique des langues qui peut servir au développement de toutes sortes de logiciels (correction, indexation, apprentissage des langues, traduction automatique…). Ce travail nous a valu le label CREST (Centre régional d’expertise scientifique et technologique). Enfin, nous avons une spécialité très rare : la langue des signes (LSF). On étudie sa grammaire.

Propos recueillis par Isabelle Dupont

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :