Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Philo en scène. La peur a réuni des enfants philosophes

Posted by Hervé Moine sur 6 novembre 2013

Du théâtre à la philosophie

Publié le 30/10/2013 dans Sud-Ouest, par Christine Ciesielski

Hervé Parpaillon a guidé le public et les enfants dans leur cheminement philosophique.

Ci contre, Hervé Parpaillon a guidé le public et les enfants dans leur cheminement philosophique. (Photo C. C.)

Pour la deuxième édition de Philo en scène, qui a eu lieu vendredi soir à la salle polyvalente de Saint-Émilion, le pôle enfance et jeunesse de la CdC du Grand Saint-Émilionnais jouait cette année à 22, incluant dans l’aventure les quatre centres de loisirs du territoire.

Le principe de la manifestation reste, lui, inchangé. Une pièce de théâtre reprend une thématique particulière, elle est suivie d’une intervention d’Hervé Parpaillon, philosophe, qui amène les enfants et le public à réfléchir sur ce qu’ils viennent de voir, et à dépasser, via des questions, le simple point de vue du spectateur.

« Des amis de la sagesse »

Cette année, Philo en scène s’est penchée sur la peur. La remarquable mise en scène d’Aurélie Giraud, qui travaille avec la compagnie Ad Astra, à Saint-Sulpice-de-Faleyrens, a réussi la prouesse, grâce à des coupures soigneusement amenées, à faire jouer chaque enfant dans la pièce. Le public ne s’y est pas trompé : les spectateurs étaient venus en nombre de Vignonet, Sainte-Terre, Belvès-de-Castillon et Puisseguin. Les enfants ont naturellement pris le relais, de la pièce à la discussion philosophique, devenant, selon les termes d’Hervé Parpaillon, « des amis de la sagesse », tels que l’étymologie du terme « philosophe » les désigne.

Guidé par ce dernier, chacun a découvert les mécanismes de la peur, les façons de l’exorciser, mais a pu aussi s’interroger sur les raisons profondes de ce jeu qui consiste à se faire peur « pour de rire ». Le théâtre, ainsi, retrouvait sa fonction originelle, celle qu’il remplissait dans la Grèce antique, berceau des philosophes : celle d’une catharsis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :