Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

La philo à la petite semaine

Posted by Hervé Moine sur 8 septembre 2014

la philo à la petite semaine

Rachel Corenblit et Cécile Bonbon

Philo à la petite semaine

Editions du Rouergue

août 2013

La philosophie sur un plateau-repas…

Charlotte, la grande soeur de Léna, élève de terminale, vient de découvrir la philosophie et à chaque dîner, elle assène à sa famille ce qu’elle vient d’apprendre : la caverne de Platon, Kant, Hegel… Cela énerverait plutôt sa petite soeur Léna, tout ce jargon ! Aussi, chaque jour la gamine ne peut s’empêcher d’interpréter tout à sa matière et de l’appliquer à son quotidien… ce qu’il y a dans son assiette, notamment ! Hilarant ! Et pourtant, cette philo à la petite semaine nous initie aux concepts philosophiques essentiels…

Une nouvelle série « à la petite semaine »

Sous la forme d’un cahier d’école, Rachel Corenblit au texte et Cécile Bonbon revisitent les matières scolaires avec drôlerie. Chaque livre se déroule sur une semaine, et l’on suit la vie de Léna, élève en primaire, de sa famille et de ses copains. Léna est une gamine perspicace, pas forcément bonne élève, qui se pose plein de questions, en pose aux autres et interroge aussi le pourquoi et le comment de ce qu’on lui enseigne ! Un petit roman pour les 8/11 ans, qui mêle texte et images dans un joyeux désordre et une grande fraîcheur.

L’auteure et l’illustratrice

Rachel Corenblit vit à Toulouse. Après une formation universitaire en philosophie, elle enchaîne les petits boulots, avant de s’orienter vers l’enseignement. Professeur des écoles pendant de nombreuses années, elle est aujourd’hui professeur de Lettres à Toulouse. Au Rouergue. Elle est l’auteure de huit romans dans les collections zig zag, dacodac, doado, et son dernier texte dans la toute nouvelle collection boomerang, Plié de rire/ Vert de peur, publié en 2012.

Cécile Bonbon vit et travaille à Toulouse. Après des études aux Beaux-Arts, elle travaille comme graphiste pendant quelques années et collabore ensuite avec de nombreux magazines ainsi qu’avec une marque de vêtements pour fillettes. Illustratrice depuis plus de 12 ans, elle sème ses illustrations, ses bricolages et ses petits personnages de tissu dans la presse et l’édition jeunesse. Elle a publié de nombreux albums, tout d’abord au Rouergue en 2000. avec Petit Tour et Bonbon, dans la collection 12×12, puis chez Milan, Hatier, Didier Jeunesse, Points de suspension, etc.


 

«Mes personnages sont dans ma tête»

Entretien avec Rachel Corenblit, paru dans la depeche.fr le 7 septembre 2014

Rachel Corenblit, philosophe de formation, a fait de nombreux petits boulots avant de se poser à Colomiers et de s’orienter vers l’enseignement du français. Si elle aime sa matière, la véritable passion de cette voyageuse infatigable, née au Québec il y a 44 ans, reste l’écriture. Une littérature principalement destinée aux enfants et aux adolescents. Après avoir publié «Shalom salam maintenant», au Rouergue en 2007, Rachel Corenblit enchaîne les ouvrages. L’an dernier, elle publie «Maths à la petite semaine» et «Philo à la petite semaine», cette année, «Histoire à la petite semaine» et «Français à la petite semaine» (1). Une présentation humoristique des matières scolaires illustrée, depuis Barcelone, par Cécile Bonbon.

Comment vous est venue l’idée de ces petits livres ?

Avec Cécile, nous nous sommes rencontrées par l’intermédiaire d’une amie commune qui était sûre que nous pourrions faire des trucs supers ensemble. J’écris, elle illustre… En fait, nous avions les mêmes idées, les mêmes délires. Elle en avait assez de dessiner pour les petits (Cécile Bonbon a, entre autre illustré «Le machin» écrit par Stéphane Servant, Ndlr).

Vos livres sont une déclinaison des matières proposées en classe, c’est une déformation professionnelle ?

C’est une envie. Chaque livre raconte une semaine dans la vie de Lena, une petite fille, qui détaille son rapport au monde. Ainsi, «la philosophie» parle de la consommation, «L’histoire» aborde les jardins… Cela permet à Cecile de donner un angle à ses illustrations. «L’histoire à la petite semaine» est visuellement très riche. De plus, les maths, le français… Ce sont des choses qui marquent. Ces albums s’adressent aux futurs adultes, mais aussi aux anciens enfants.

Comment créez-vous les personnages de vos histoires ?

Ce n’est pas rationnel. Par exemple le grand-père de «L’histoire à la petite semaine» existait dans ma tête. Tous les personnages de mes livres existent quelque part.

Quels sont vos prochains projets ?

«La fantastique aventure de Ouaoua le chihuahua» est totalement différente. C’est un livre à l’anglo-saxonne qui s’adresse aux enfants de 10 ans. Il raconte l’histoire d’un chien dont le maître, un petit garçon, part dans les Alpes à cause de son asthme. Dans ces montagnes rôde le loup. Une fois là-bas, l’enfant raconte des mensonges à ses nouveaux copains dont le fait que son chien Ouaoua est un tueur de loup. ..

Finalement, vous alternez les histoires pour enfants.

C’est vrai. Mes fils m’entendent parler dans mon bureau comme Lena ou comme Ouaoua. Une fois j’ai 8 ans dans la tête, le livre d’après j’ai 17 ans et ensuite 10 ans. C’est bien d’alterner.

(1).-Edition du Rouergue.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :