Actuphilo

Actualité philosophique et réflexion philosophique sur l'actualité

Posts Tagged ‘Nietzsche’

La vie de Nietzsche

Posted by Hervé Moine sur 8 septembre 2014

 

le silence de Zarathoustra

Nietzsche : Le silence de Zarathoustra, René John Pouteau

 René John Pouteau

Nietzsche : Le Silence de Zarathoustra

CreateSpace Independent Publishing Platform

mai 2013

Pièce biographique qui retrace la vie de Friedrich Nietzsche. Les retours en arrière sont orchestrés pour donner une plus grande profondeur à la fin douloureuse et démentielle du philosophe. Les femmes de sa vie, ainsi que les amis et idoles qui l’ont inspirés, éclairent d’une lumière nouvelle la pensée, les intuitions et les théories du philosophe.

Le Silence de Zarathoustra

Le Silence de Zarathoustra, de René John Pouteau est une pièce biographique en quatre actes et un épilogue qui s’ouvre sur une période tardive de la vie de Nietzsche. Les souvenirs créent la tapisserie de la narrative et les amis apparaissent à côté du philosophe, face à ses défis. Depuis son amitié et rupture avec Richard et Cosima Wagner, jusqu’à sa relation avec Lou Salomé, faite de fulgurance philosophiques et sentimentales, les détails de sa vie sont comme des pavés sur le cheminement de sa pensée.

Son état psychologique et sa solitude sont le sujet de cette pièce. Ses amis fidèles ne font que rappeler l’immensité de sa solitude intellectuelle. Ses maux physiques sont l’arrière-plan d’un combat continu avec une société qu’il voit comme aveugle et autodestructrice et sa hantise d’une Europe réactionnaire, antisémite et militariste nous renvoi à nos propres démons et nous rappelle le visionnaire qu’il fut.

René John Pouteau est un auteur Franco-Américain né à New York de père français et d’une mère Cubaine et Porto Ricaine. Il a fait ses études aux USA puis s’est installé en France en 1983. Parfaitement bilingue il a écrit cette pièce en anglais et la traduite lui-même.

Il travaille actuellement sur un roman historique qui dépeindra l’occupation à travers le personnage d’un cousin Savoyard, résistant mort dans la tragédie du Cap Arcona. Publications : Minuit-dix au Kosovo ; Le grand Masturbateur (roman érotique) ; Islands in the Desert  (nouvelles en anglais). Tous chez Amazon.fr Il tient aussi un blog sur Médiapart.fr signé Ugaldé.

Publicités

Posted in Les parutions, philosophe | Tagué: | Leave a Comment »

Friedrich Wilhelm Nietzsche en Russie

Posted by Hervé Moine sur 28 octobre 2011

Université Laval

Conférence d’Alexey M. Rutkevich

«Nietzsche en Russie»

Le mercredi 9 novembre à 19h30

à l’Auditorium du Pavillon « La Laurentienne », salle 1334

Faculté de Philosophie de l’université de Laval – Québec

Lou Andréas Salomé et Nietzsche

Friedrich Wilhelm Nietzsche n’est jamais allé en Russie mais il a toujours manifesté un grand intérêt pour ce pays « mystérieux » qu’il voulait visiter.

> Étudiants, professeurs et grand public sont tous très cordialement invités à cette conférence et l’entrée y est libre.

> Pour toute information, vous pouvez contacter le secrétariat de la Faculté de philosophie au 418 656-2244 .

Alexey M. Rutkevich

'Alexey M. Rutkevich

Le Conférencier

Directeur de département à l’Institut de philosophie de l’Académie russe des sciences, le Professeur Rutkevich a été Doyen de la Faculté de Philosophie à l’Université nationale de recherches «École des Hautes Études en sciences économiques», ainsi que Chef de la Chaire de l’Histoire de la Philosophie, et Associé de recherche à l’Institut des études historiques et théoriques dans les sciences humaines Andrey Poletaev à l’«École des Hautes Études en sciences économiques».

Ses domaines de recherches sont l’histoire de la philosophie occidentale contemporaine, l’anthropologie philosophique, l’herméneutique et la psychanalyse.

Il est en outre l’auteur de plus de 150 publications, dont les suivantes :

  • Les conservateurs du XX siècle, Moscou, RUDN, 2006 (en russe).
  • Qu’est-ce que le conservatisme?, Saint-Petersbourg, Universitetskaya kniga, 2000 (en russe).
  • De Freud à Heidegger, Moscou, Politizdat, 1985 (en russe).
  • La philosophie sociale de l’École de Madrid, Moscou, MGU, 1981 (en russe).
  • La psychanalyse. Les sources et les premières étapes du développement, Мoscou, Forum, 1997 (en russe).
  • « Koyré sur Hegel », in L’essence et le mot, Moscou, Fenomenologiya-Germenevtika, 2009 (en russe).
  • « Alexandre Kojève », in Les philosophes du XX siècle, Vol. III, Moscou, Iskusstvo, 2009 (en russe).
  • « Pour la question du « classique » en philosophie », in Le Classique et les classiques dans la connaissance sociale et humaine, sous la direction de I. Savelieva et A. Poletaev, Moscou, NLO, 2009 (en russe).
  • « Leo Strauss, ses héritiers et ses critiques », in Le contexte humanitaire, 2009, № 2 (en russe).
  • « L’anthropologie philosophique et la théorie des institutions de A. Gehlen », in Cahiers critiques de philosophie, 2009, № 8, p. 21-50 (en français).

Posted in annonces, conférence | Tagué: , | Leave a Comment »

Relire Voltaire avec les yeux de Nietzsche

Posted by Hervé Moine sur 28 janvier 2011

Guillaume Métayer

Nietzsche et Voltaire,

de la liberté de l’esprit et de la civilisation

chez Flammarion

« Il a été un des derniers hommes qui saventréunir en eux la plus haute liberté d’esprit etune disposition d’esprit absolument non-révolutionnaire. »

Nietzsche, à propos de Voltaire.

_________________________________________


Nietzsche dédia à Voltaire son dernier ouvrage, le philosophe allemand mettant en avant l’importance du combat de Voltaire pour la liberté, contre l’oppression religieuse. Cet essai explique l’importance de la notion d’esprit libre dans la pensée de ces deux hommes.

Chez Nietzsche comme chez Voltaire, la question de l’anti-biblisme et l’anti-christianisme est posée. Tous deux ont un génie du ridicule et de la satire.

En quatrième de couverture de Nietzsche et Voltaire : De la liberté de l’esprit et de la civilisation:

« En 1878, à l’occasion du centenaire de la mort de Voltaire, Nietzsche lui dédie son dernier ouvrage, Humain, trop humain. Le philosophe allemand reconnaît là l’importance d’un esprit français qui a combattu en son temps pour que la liberté triomphe. Mais au juste qu’est-ce qu’un esprit libre ? Qu’en est-il de la société de cour ? Comment saisir l’influence du christianisme du XVIIIème jusqu’au début du XXème ? Cette religion dont Nietzsche écrit dans Par-delà le bien et le mal : « Le christianisme a fait boire du poison à Eros : il n’en est pas mort, mais il est devenu vicieux. » Voilà le nerf de la guerre au coeur des siècles et particulièrement dans la vie des deux penseurs. La vertu contre le vice, la santé contre le nihilisme, l’art contre la bassesse : balancement que Guillaume Métayer explore avec profondeur et enthousiasme dans son essai. En somme, pour ne pas sombrer avec l’Histoire, il est préférable de rire (rôle décisif de Dionysos, mais aussi d’Apollon), de danser et voyager. Et croire à l’aurore, autre nom du renouveau et de l’ironie. »

>>> Pour se procurer l’ouvrage de Guillaume Métayer, Nietzsche et Voltaire : De la liberté de l’esprit et de la civilisation

Ci-dessous un article de Jean-Louis Jeannelle à propos de Nietzsche et Voltaire de Guillaume Métayer.

Critique

« Nietzsche et Voltaire : De la liberté de l’esprit et de la civilisation« , de Guillaume Métayer : Voltaire à coups de marteau

Article de paru dans Jean-Louis Jeannelle Le Monde des Livres du 27 janvier 2011

http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/01/27/nietzsche-et-voltaire-de-la-liberte-de-l-esprit-et-de-la-civilisation-de-guillaume-metayer_1471251_3260.html

Nietzsche et Voltaire, et non Voltaire et Nietzsche. Peu importe ici la chronologie. Le but de Guillaume Métayer est moins de prouver l’influence de l’homme des Lumières sur le penseur du surhomme que de renverser la perspective. Autrement dit de relire Voltaire avec les yeux de Nietzsche. Car le patriarche de -Ferney s’éloigne irrémédiablement, peu à peu amputé des oeuvres qui firent sa gloire – une soixantaine de pièces, des essais sur l’histoire et une gigantesque correspondance – au profit des contes et du Dictionnaire philosophique (1764). « Ni philosophe au sens de l’université, ni moraliste au sens de La Rochefoucauld, ni écrivain au sens du romantisme », Voltaire ne répond plus à nos attentes.

Brillant conteur et modèle de l’écrivain engagé… Voilà à quoi se résume désormais l’auteur de Candide pour les bacheliers. Contre ce cliché, Guillaume Métayer ose« un Voltaire nietzschéen ». Son enquête part des notes que Nietzsche prit à 18 ans à partir d’un manuel d’histoire littéraire de la France : La Vie et la personnalité de Voltaire et Voltaire philosophe. Elles montrent que, contrairement à ce qu’affirmait Elisabeth Förster, sa soeur, Nietzsche a très tôt lu l’écrivain français. Toutefois, l’examen de sa bibliothèque ne s’avère pas concluant : comment s’assurer de l’effet produit par une lecture, même lorsque celle-ci est attestée par des annotations ? Plus convaincante est la découverte de l’une des sources du premier essai de Nietzsche, La Naissance de la tragédie (1872) : l’épître dédicatoire de la tragédie Sémiramis (1748), dans laquelle Voltaire tentait de se représenter concrètement la scène tragique grecque.

De même Nietzsche emprunta-t-il à une lettre de son prédécesseur sur les mérites comparés des langues française et italienne une formule essentielle. « Vous dansez en liberté, et nous dansons avec nos chaînes », écrivait Voltaire à son correspondant italien. « Danser dans les chaînes » résuma non seulement la conception nietzschéenne de l’art mais aussi cette « liberté dans les entraves » qui lui apparaissait être une condition à l’exercice de la « volonté de puissance ».

Entendu avec l’oreille de Nietzsche, le rire voltairien devient un défi à l’éthique de la mortification, une lutte permanente contre le christianisme. « Ecrasez l’infâme »trouve un écho dans « Dionysos contre le Crucifié » d’Ecce homo (1888). Un écho toutefois amplifié : contre le déisme conciliant de Voltaire, le philosophe allemand entendait refermer la parenthèse de l’ère morale de l’humanité.

Apparaît ainsi un Voltaire plus inattendu, parfois plus inquiétant. Un Voltaire auquel l’auteur d’Humain, trop humain (1878) emprunte cet aphorisme : « Quand la populace se mêle de raisonner, tout est perdu », et chez qui liberté d’esprit n’équivaut jamais à licence, puisqu’à l’opposé de l’esprit révolutionnaire, il se fait le chantre de l’absolutisme louis-quatorzien.

Dès lors, l’enjeu d’une telle lecture croisée est, par-delà le déisme quelque peu lénifiant dont on a souvent crédité Voltaire, de réactiver la portée du combat contre les intégrismes. Lutter contre ce que Nietzsche nommait les « monotono-théismes », voilà ce à quoi Voltaire peut encore servir, montre Guillaume Métayer, pour qui le« XXIe siècle sera voltairien ou ne sera pas ». Avec l’entremise de Nietzsche du moins…

>>> Pour se procurer l’ouvrage de Guillaume Métayer, Nietzsche et Voltaire : De la liberté de l’esprit et de la civilisation

 

Posted in Les parutions, philosophe, philosophie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Pascal, Nietzsche et la phénoménologie au programme de l’île aux idées

Posted by Hervé Moine sur 3 janvier 2011

Les ateliers philosophiques d’Ile-Tudy (29)

2de session

animé par Jean-Yves Boudehen

en janvier et février 2011

Jean-Yves Boudehen, qui préside l’association l’île aux idées va animer une seconde session de philosophie les jeudis 6, 13 et 20 janvier ainsi que les 3, 10 et 17 février à la salle paroissiale de 9 h 45 à 10 h 45.

Au programme, l’étude de deux géants de la pensée philosophique, Blaise Pascal et Friedrich Nietzsche ainsi qu’une approche de la phénoménologie. Pascal, auteur de l’Apologie de la religion chrétienne et des Pensées propose l’une des études les plus singulières de la condition humaine. « Ni ange, ni bête », simple « roseau pensant », l’homme oscille, selon lui, entre grandeur et misère.

Penseur inclassable et iconoclaste, auteur d’Ainsi parlait Zarathoustra, Nietzsche se présente d’emblée comme l’antéchrist. Prophète de « la mort de Dieu », il pourfend avec véhémence le christianisme. Paradoxalement, seul Pascal trouve grâce à ses yeux !

La phénoménologie est un mouvement de pensée initié par Fichte, Hegel et Husserl. La postérité de ce courant servie par Heidegger, Merleau-Ponty, Sartre, Derrida, Ricoeur témoigne de son importance dans la pensée occidentale.

Lors de la session précédente courant troisième trimestre 2010, les ateliers philosophiques ont rencontré un beau succès. En effet, ce sont plus de vingt élèves qui se sont réunis pour suivre les cours, avec beaucoup d’intérêt, sur la vie et l’oeuvre d’Aristote, Descartes et Kant.

Informations pratiques : Les cours sont gratuits et ouverts à tous, résidents d’Ile-Tudy et des alentours. La seule condition pour participer à cette animation c’est d’être adhérent à l’Île aux Idées.

Contact au 02 98 95 81 56.

Posted in Journée d'étude, philosophie | Tagué: , , | Leave a Comment »

Première Bande Dessinée consacrée à la vie d’un philosophe

Posted by Hervé Moine sur 23 mars 2010

Lu dans le Phil’info de  philomag.com

Nietzsche, une BD pour tous et pour personne

C’est la première bande dessinée consacrée à la vie d’un philosophe. Michel Onfray et le dessinateur Maximilien le Roy adaptent la biographie de Nietzsche en un tome paru vendredi 19 mars aux éditions Le Lombard (128 pages, 19 €). À mi chemin entre l’histoire et la légende, l’académique et le symbolique, cet ovni culturel raconte une existence dépeinte dans un script que Michel Onfray destinait au cinéma, L’innocence du devenir (Galilée, 2008). Ce texte a inspiré Maximilien Le Roy, qui nourrissait le projet de dessiner quelque chose autour de l’oeuvre de Nietzsche. Il envoya ses premières planches au fondateur de l’université populaire de Caen. Ce dernier, séduit par ces esquisses et soucieux de « faire descendre la philosophie dans la rue », a donné son accord pour un album.

Pour lire la suite de l’article suivre ce lien :

http://www.philomag.com/fiche-philinfo.php?id=178

Posted in Les parutions, Lu sur la toile, philosophe | Tagué: | Leave a Comment »

De l’homme démocratique à l’homme Grégaire

Posted by Hervé Moine sur 11 février 2010

Lundi 15 février

à l’EHESS,

communication de

Monique Dixsaut

philosophe spécialiste de la philosophie antique

De « l’homme démocratique » à « l’homme grégaire »: Platon et Nietzsche

_____________________

_____________________

  • à 19h00
  • à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), salle 1, au 105 bd. Raspail,
  • Maison des sciences de l’homme.

____________________________________


Bibliographie de Monique Dixsaut

Le Naturel philosophe : essai sur les dialogues de Platon, Paris, Les Belles lettres/Vrin, 1985.
Métamorphoses de la dialectique dans les dialogues de Platon, Paris, Vrin, « Bibliothèque d’histoire de la philosophie » (poche), 2001.
Platon et la question de la pensée, Paris, Vrin, Paris, Vrin, « Bibliothèque d’Histoire de la philosophie », 2000.
Platon : le désir de comprendre, Paris, Vrin, « Bibliothèque des philosophies », 2003.
Nietzsche : par-delà les antinomies, Chatou, Édition de la transparence, 2006.

«Une pensée libératrice»

Par Monique Dixsaut

On peut lire les «Dialogues» pour y chercher des théories ou des réponses. Mais on découvre bientôt que toute thèse platonicienne est hypothèse, toute réponse en attente du réexamen qui la récusera ou en modifiera le sens. Telle est la pensée quand elle ne renonce à aucune de ses exigences: être à la fois acharnement et inspiration, ironie et enthousiasme, dur travail et seul vrai plaisir.

Lire Platon, c’est alors être sensible aux risques pris, à la diversité des chemins frayés, à la soudaineté des bifurcations, s’exposer à une pensée déroutante que ne décourage ni petit ni grand problème et que ne paralyse ou même ne semble lier aucun de ses résultats. La liberté de cette pensée a pour effet de nous délivrer de nos certitudes logiques, de nos plates convictions baptisées sagesse, de nos insignifiantes audaces. Elle se révèle être aussi le moyen de conférer unité et valeur à une vie qui autrement ne serait qu’un chaos de contradictions et de péripéties, à un discours qui ne serait qu’un défilé plus ou moins habile mais incohérent d’opinions. L’intelligence doit leur imposer sa loi mais ne doit se soumettre à aucune, qu’on la lui impose ou qu’elle se l’impose à elle-même. En d’autres termes, la liberté est la condition de rencontre avec la vérité.

La seule chose que la pensée intelligente ne soit pas libre de faire est de renoncer à comprendre. Qu’elle aboutisse ou non, sa recherche l’aura du moins débarrassée de croyances et de valeurs dont elle est incapable de rendre raison et qui sont, en conséquence, tyranniques. L’opinion aliène, le désir de savoir est libérateur si l’on comprend que savoir signifie apprendre, donc ne plus croire que l’on sait, et que désirer la vérité n’est pas vouloir la posséder mais être capable de l’engendrer. Ce savoir-là, Platon l’a à jamais nommé «science des hommes libres».

Philosophe et helléniste, professeur émérite à la Sorbonne, Monique Dixsaut, est notamment l’auteur du « Naturel philosophe. Essai sur les Dialogues de Platon » Vrin).

Monique Dixsaut


Source: «Nouvel Observateur» du 13 novembre 2008.

http://bibliobs.nouvelobs.com/20081113/8536/une-pensee-liberatrice

Posted in conférence | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

Nietzsche devant ses critiques

Posted by Hervé Moine sur 12 octobre 2009

– Annonce –

Martine Béland – Nietzsche devant ses critiques (1872-1889) : de la réception en philosophie

Pour distribution / For posting and distribution

Martine Béland (Centre canadien d’études allemandes et européennes)

« Nietzsche devant ses critiques (1872-1889) : de la réception en philosophie »

Jeudi 15 octobre, 14h00 à Montréal

_____________________

  • Local 422, 2910 boul. Édouard-Montpetit. (Indications pour s’y rendre :

<http://tr.im/philoudem> http://tr.im/philoudem)

Vous êtes cordialement invité-eà assister à cet événement organisé par le département de philosophie de l’Université de Montréal.

Ouvert à tous et à toutes. Merci de faire suivre ce message aux étudiant-e-s / collègues potentiellement intéressé-e-s.

Nous vous invitons également à consulter notre programmation d’événements :

<http://tr.im/confudem> http://tr.im/confudem

Pour tout autre renseignement sur les conférences en philosophie à l’Université de Montréal, veuillez contacter David Piché (

<mailto:david.piche@umontreal.ca> david.piche@umontreal.ca). Pour modifier votre inscription à cette liste, veuillez contacter Iain Macdonald

(iain.macdonald@umontreal.ca).

Au plaisir !

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

You are cordially invited to the above-mentioned event organized by the Department of Philosophy of the Université de Montréal.

All are welcome! Please feel free to forward this message to interested students and colleagues.

(Directions available here: http://tr.im/philoudem)

Also, please have a look at our calendar of events to see what’s coming up:

http://tr.im/confudem

If you have questions regarding this or other philosophical events at the Université de Montréal, please contact Prof. David Piché

(david.piche@umontreal.ca). To add or remove a name from this list, please contact Prof. Iain Macdonald (iain.macdonald@umontreal.ca).

Hope to see you there!

Posted in Actualité, conférence, Evénement, Lu sur la toile, philosophe, philosophie | Tagué: , | Leave a Comment »